FIA HIGH LEVEL PANEL FOR ROAD SAFETY LAUNCHED WITH UN SECRETARY GENERAL BAN KI-MOON | Federation Internationale de l'Automobile

FIA HIGH LEVEL PANEL FOR ROAD SAFETY LAUNCHED WITH UN SECRETARY GENERAL BAN KI-MOON

11.11.15.
The Panel will bring together global leaders to promote innovative solutions to meet the road safety health and development challenge – the world’s number one cause of death for 15-29 year olds
High Level Panel

The Fédération internationale de l’Automobile (FIA) launched today a High Level Panel for Road Safety at the United Nations premises in New York with the support of UN Secretary General Ban Ki-moon, which marks a major step forward in global road safety. 

Bringing together an unprecedented coalition of senior decision makers in policy, business and public health (full list below), the FIA’s High Level Panel will focus on raising funds and promoting greater awareness of road safety concerns. Each member of the panel has made a clear commitment to this initiative through a 10 Point Manifesto for Safer Roads, signed by all the members of the panel. 

According to the 2015 WHO Global Status Report on Road Safety published on October 19, some 1.25 million people are killed in car crashes around the world each year. 90% of these fatalities occur in low- and middle-income countries, despite only accounting for 54% of the world vehicles. Traffic crashes cost these countries approximately 5% of GDP. In the past three years there has been a 16% rise in the number of vehicles on the world’s roads, further underpinning the urgent need for action. 

Jean Todt, High Level Panel for Road Safety Chairman, who is also the President of the FIA and the UN Secretary General’s Special Envoy for Road Safety, said: “The FIA High Level Panel for Road Safety is a unique initiative supporting an exceptional objective – a 50% reduction of fatalities on the world’s roads in the next five years, a target recognised under the 2030 UN Sustainable Development Goals. The panel members, all of them leaders in their field, will work toward this goal through raising the necessary funds and awareness to stop and reverse the tragic loss of life on our roads.”

Michelle Yeoh, Spokesperson for the Panel, said: “The focus of the High Level Panel is on practical action to improve road safety in those countries where the need is most urgent. The Panel brings together a network of leading individuals, from a range of fields of experience. Combined they can substantially raise awareness of the global road safety challenge and the need to mobilise new funds for this cause.”

The FIA’s High Level Panel members include:

  • Jean Todt, FIA President and UN Secretary General’s Special Envoy for Road Safety (and Panel Chairman)
  • Thomas Bach, President, International Olympic Committee 
  • Mary Barra, CEO, General Motors
  • David J. Bronczek, President and CEO FedEx Express
  • Rolando Gonzalez Bunster, Chairman and CEO, InterEnergy holdings
  • Carlos Ghosn, Chairman and CEO, Renault-Nissan Alliance
  • Muhtar Kent, CEO and President, The Coca-Cola Company
  • General Victor Kiryanov, Deputy Minister for Internal Affairs of the Russian Federation
  • Lord George Robertson, Former Secretary General of NATO
  • Jean-Dominique Sénard, CEO and President, Michelin
  • Li Shufu, Chairman Geely & Volvo 
  • Carlos Slim Jr, Chairman of the Board, Grupo Carso 
  • Sir Martin Sorrell, founder and CEO, WPP
  • Elhadj As Sy, Secretary General, CEO, International Federation of the Red Cross and Red Crescent Societies
  • Ratan Tata, Chairman, TATA Trusts
  • Jose Viegas, Secretary General, International Transport Forum
  • Michelle Yeoh, Actress and Global Road Safety Ambassador (Spokesperson for the High Level Panel for Road Safety)

Honorary Advisors (providing independent input from leading international institutions):

  • Bertrand Badre, Managing Director and Chief Financial Officer, World Bank Group
  • Christian Friis Bach, Executive Secretary and Under-Secretary-General, UNECE
  • Luis Alberto Moreno, President, Inter-American Development Bank

FIA Representatives:

  • Brian Gibbons, FIA Deputy President for Automobile Mobility and Tourism
  • Thierry Willemarck, FIA President of Region I
  • Takayoshi Yashiro, FIA President of Region II
  • Tim Shearman, FIA President of Region III
  • Jorge Tomasi Crisci, FIA President of Region IV

Role of the Panel Members

The High Level Panel aims to engage both the public and the private sectors to raise funding and political awareness in response to the road safety crisis, and to remobilise support for the goals of the Decade of Action and for the new Sustainable Development Goals, which were approved at the latest UN General Assembly, and through which governments committed to halving road traffic fatalities by 2020.

The panel members will explore the possibility of innovative financing measures, including pushing for the creation of a UN Road Safety Fund, which will finance road safety programmes. Funds raised will be used to catalyse major public and private investments and launch a number of stand-alone lead projects.

Possible examples include capacity building (undertaking national road safety capacity reviews, improving data management, establishing lead agencies…), advocacy (mobilising national and local decision-makers, empowering local NGOs…) and injury prevention programmes (establishing independent crash test programmes, seat belt and helmet promotion initiatives…).

The members will provide support in terms of: 

Inspiration: pushing the road safety crisis to the top of the global health and development agenda;

Networking: with their unique and varied backgrounds, they will deploy their networks to respond to the global road safety challenge;

Knowledge building: supported by selected road safety experts, the Panel will analyse the most effective programs in low- and middle-income countries, taking from best practices in developed countries where rapid progress has been made over the past 30 years;

Collaboration: working with external partners such as governments, private sector companies and philanthropic organisations, the Panel will work to promote innovative financing solutions with the goal of carrying out new programmes on the ground in low- and middle-income countries.

A dedicated website for the Panel will be available at www.roadsafety2030.com


Lancement du Groupe consultatif de haut niveau de la FIA pour la Sécurité routière avec le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon

Ce groupe rassemble des dirigeants du monde entier dans le but de promouvoir, dans le cadre des actions pour la santé et le développement, des solutions innovantes pour relever le défi de la sécurité routière, première cause au monde de mortalité des 15-29 ans.

11 novembre 2015, New York (États-Unis) : La Fédération Internationale de l'Automobile (FIA) a créé aujourd'hui un Groupe consultatif de haut niveau pour la Sécurité routière au siège des Nations Unies à New York avec le soutien du Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon, et cet événement constitue une belle avancée pour la sécurité routière dans le monde.

En rassemblant une coalition sans précédent de grands décideurs en matière de politique, d'affaires et de santé publique (dont la liste est indiquée ci-dessous), le Groupe consultatif de haut niveau de la FIA s'attachera à lever des fonds et à promouvoir une plus large reconnaissance des problèmes de sécurité routière. Chacun des membres de ce groupe s'est clairement engagé dans cette initiative en signant un Manifeste en 10 points pour des routes plus sûres (ci-joint).

Selon le Rapport de situation 2015 de l'OMS sur la Sécurité routière dans le monde publié le 19 octobre, environ 1,25 million de personnes meurent chaque année dans des accidents de voiture. 90% de ces décès se produisent dans des pays à revenus faibles et moyens, qui ne comptent pourtant que 54% des véhicules de la planète. Les accidents de la circulation coûtent à ces pays environ 5% du PIB. Ces trois dernières années, le parc automobile mondial a augmenté de 16%, ce qui renforce encore davantage la nécessité d'agir en urgence.

Jean Todt, Président du Groupe consultatif de haut niveau pour la Sécurité routière et également Président de la FIA et Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Sécurité routière, a déclaré : “Le Groupe consultatif de haut niveau de la FIA pour la Sécurité routière est une initiative unique qui vise à réduire de moitié le nombre de morts sur les routes du monde dans les cinq prochaines années, ce défi d'exception étant reconnu comme l'un des Objectifs de développement durable 2030 des Nations Unies. Les membres du groupe, qui sont tous des sommités dans leur domaine, travailleront ensemble pour atteindre cet objectif en levant les fonds nécessaires et en faisant prendre conscience qu'il faut enrayer cette terrible hécatombe sur nos routes et inverser la tendance.”

Michelle Yeoh, porte-parole du Groupe, a déclaré : “Le Groupe consultatif va se concentrer sur la mise en place d’actions concrètes en matière de sécurité routière dans les pays où les besoins sont les plus manifestes. Le Groupe rassemble des personnalités de premier plan aux expériences diverses. Ensemble, ils sont en mesure d’attirer fortement l’attention sur l’enjeu crucial de la sécurité routière dans le monde et sur la nécessité de lever de nouveaux fonds en faveur de cette cause. »

Composition du Groupe consultatif de haut niveau de la FIA : 

  • Jean Todt, Président de la FIA, Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Sécurité routière (et Président du Groupe consultatif)
  • Thomas Bach, Président du Comité International Olympique
  • Mary Barra, PDG de General Motors
  • David J. Bronczek, PDG de FedEx Express
  • Rolando Gonzalez Bunster, PDG d'InterEnergy Holdings
  • Carlos Ghosn, PDG de l'Alliance Renault-Nissan
  • Muhtar Kent, PDG de Coca-Cola Company
  • Général Victor Kiryanov, Ministre de l'Intérieur adjoint de la Fédération de Russie
  • Lord George Robertson, ancien Secrétaire général de l'OTAN
  • Jean-Dominique Senard, PDG de Michelin
  • Li Shufu, PDG de Geely & Volvo
  • Carlos Slim Jr, Président du Conseil d'administration du Grupo Carso
  • Sir Martin Sorrell, fondateur et PDG de WPP
  • Elhadj As Sy, Secrétaire général et PDG de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge
  • Ratan Tata, Président de TATA Trusts
  • Jose Viegas, Secrétaire général de la Conférence européenne des Ministres des transports
  • Michelle Yeoh, actrice et ambassadrice mondiale pour la sécurité routière (Porte-parole du Groupe consultatif de haut niveau pour la Sécurité routière)

Conseillers honoraires (apportant la contribution indépendante de grandes institutions internationales)

  • Bertrand Badré, Directeur général et Directeur financier du Groupe de la Banque mondiale
  • Christian Friis Bach, Secrétaire exécutif et Secrétaire général adjoint de la CEE-ONU
  • Luis Alberto Moreno, Président de la Banque interaméricaine de développement

Représentants de la FIA

  • Brian Gibbons, Président-Délégué de la FIA pour la Mobilité Automobile et le Tourisme
  • Thierry Willemarck, Président de la Région I de la FIA
  • Takayoshi Yashiro, Président de la Région II de la FIA
  • Tim Shearman, Président de la Région III de la FIA
  • Jorge Tomasi Crisci, Président de la Région IV de la FIA

Rôle des membres du Groupe consultatif

Le Groupe consultatif de haut niveau souhaite susciter l'adhésion du secteur public comme du secteur privé pour lever des fonds, sensibiliser les politiques à la crise de la sécurité routière et remobiliser des soutiens en faveur de la Décennie d'action [1] et des nouveaux Objectifs de développement durable, lesquels ont été approuvés lors de la dernière Assemblée générale des Nations Unies, les gouvernements s'engageant à réduire de moitié la mortalité sur les routes d'ici 2020.

Les membres du groupe étudieront la possibilité d'instaurer des mesures de financement innovantes, notamment en incitant à créer un Fonds des Nations Unies pour la Sécurité routière qui financera les programmes de sécurité routière. Les fonds levés serviront à catalyser d'importants investissements publics et privés et à lancer un certain nombre de projets menés de manière autonome.

On peut citer comme exemples le renforcement des capacités (en conduisant des études sur la capacité nationale en matière de sécurité routière, en améliorant la gestion des données, en créant des organismes chefs de file…), la défense de cette cause (en mobilisant des décideurs nationaux et locaux, en donnant des moyens aux ONG locales…) et les programmes de prévention des blessures et traumatismes (en mettant en place des programmes d'essais de chocs indépendants, des initiatives de promotion du port du casque et de la ceinture de sécurité…).

Les membres apporteront leur concours sur plusieurs plans :

  • Inspiration : en plaçant la crise de la sécurité routière dans les priorités de l'agenda mondial de la santé et du développement,
  • Réseautage : issus d'horizons très divers et ayant chacun un parcours unique, les membres mettront leurs réseaux à contribution pour relever le défi de la sécurité routière mondiale,
  • Renforcement des connaissances : avec l'aide de spécialistes de la sécurité routière triés sur le volet, le Groupe consultatif analysera les programmes les plus efficaces dans les pays à revenus faibles ou moyens, en s'inspirant des meilleures pratiques des pays développés dans lesquels des progrès rapides ont été réalisés ces 30 dernières années,
  • Collaboration : en collaborant avec des partenaires extérieurs tels que des gouvernements, des entreprises du secteur privé et des organisations caritatives, le Groupe consultatif travaillera à la promotion de solutions de financement innovantes dans le but de mener à bien de nouveaux programmes sur le terrain dans les pays à revenus faibles et moyens.

Un site web dédié au Groupe consultatif sera consultable sur www.roadsafety2030.com

[1] Lancée en 2011 et adoptée par les gouvernements de plus d'une centaine de pays, la "Décennie d'action pour la Sécurité routière 2011-­2020" des Nations Unies promettait une belle avancée vers la "stabilisation et la diminution" du nombre de décès dus aux accidents de la route. Mais quatre ans plus tard, les engagements politiques et financiers ne se sont pas concrétisés, les progrès ont été lents et le développement des capacités aux niveaux régional et international est resté faible.