WTCR - PAROLES DE PILOTES CONCERNANT LE DIFFICILE CIRCUIT DE MACAO | Federation Internationale de l'Automobile
This page contains archived information and may not display perfectly

WTCR - PAROLES DE PILOTES CONCERNANT LE DIFFICILE CIRCUIT DE MACAO

  • gb
  • es
11.11.19

Voici ce que certains participants du #WTCR2019SUPERGRID ont à dire sur le Circuit de Guia à Macao, qui accueille l'avant-dernière épreuve de la WTCR 2019 - World Touring Car Cup présentée par OSCARO du 14 au 17 novembre.

Esteban Guerrieri (ALL-INKL.COM Münnich Motorsport, Honda Civic Type R TCR) :

« Le plus important à Macao, c'est de bien se qualifier. Pour cela, nous devons être compétitifs et avoir une bonne base de départ par rapport à l'année précédente, alors seulement on peut envisager de gagner. Pour bien se qualifier, il est très important de prendre le Mandarin à fond. C'est un virage très rapide qui peut faire gagner un temps fou si on arrive à le passer le plus rapidement possible en qualifications. C'est aussi très important d’assurer dans le deuxième secteur, la Montagne. C'est l'un des sentiments les plus agréables en tant que pilote que de pousser dans ce secteur, et de se qualifier à la limite parce que c'est un défi incroyable et j'aime vraiment donner le meilleur de moi-même. On prend toujours de gros risques à Macao, mais j'essaie d'être précis et de faire du mieux que je peux. »

 

Norbert Michelisz (BRC Hyundai N Squadra Corse, Hyundai i30 N TCR) :

« Pour moi, Macao est probablement le circuit le plus difficile au monde, après la boucle nord du Nürburgring. D'accord, c'est plus court que le Nürburgring, mais vous avez des virages à 230 km/h avec des murs en béton à la sortie et il faut prendre beaucoup de risques pour être rapide. J'aime toujours venir ici, c'est un endroit très agréable, un environnement très agréable, une piste fantastique et c'est une bataille intense. Je m'attends à ce que Macao soit très important dans la lutte pour le championnat. »

 

Yvan Muller (Cyan Racing Lynk & Co, Lynk & Co 03 TCR) :

« Le défi est 100 fois plus grand à Macao qu'ailleurs. Mais Macao, c’est Macao, et c’est un circuit imprévisible. En 2007, ma voiture s'est arrêtée dans le dernier tour alors que j'étais en tête, virtuellement champion. Mais en 2008, j'ai remporté mon premier titre mondial à Macao. »

 

Jean-Karl Vernay (Leopard Racing Team Audi Sport, Audi RS 3 LMS) :

« Je pense que nous allons avoir une très bonne voiture, pas lourde, ce qui fait normalement une grande différence. L'année dernière, nous avons fait une excellente qualification avec beaucoup de lest et nous avons gagné une course. Je veux faire la même chose cette année, c'est l'objectif principal pour la fin de la saison. Je suis confiant et je suis persuadé que mon équipe me donnera la meilleure Audi RS 3 LMS, mais nous garderons un œil sur ce que font les autres, même si les longues lignes droites sont bonnes pour notre voiture car nous n'avons pas trop de résistance. Tout ce que je peux faire, c'est piloter à 100%. »

 

 

Rob Huff (SLR VW Motorsport, Volkswagen Golf GTI TCR) :

« Je suis toujours très excité en amont du week-end à Macao, mais la pression extérieure est encore plus importante depuis que j’ai été sacré « Roi de Macao ». J'ai eu neuf victoires et les gens s'attendent à ce que tu surpasse tout le monde à nouveau. Mais chaque année, c’est de plus en plus difficile. Il faut se concentrer sur les endroits où l’on peut gagner du temps, ce que j’ai toujours réussi à faire à Macao. Le WTCR est un championnat professionnel et le niveau est extrêmement élevé, mais c'est un record que je veux étendre. Nous n'avons pas pris les départs que nous voulions dans les courses de l’an dernier. Mais nous avions le rythme et j'ai eu une belle bataille avec Esteban Guerrieri dans la Course 3. Les Audis pourraient facilement doubler dans les lignes droites. Ce n'est pas l'idéal, mais il faut en tirer le meilleur parti. Mais j'adore les circuits urbains, Macao est un peu comme mon bébé depuis plus de 10 ans et j'espère que ça va continuer. »

 

Ma Qinghua (Team Mulsanne, Alfa Romeo Giulietta Veloce TCR par Romeo Ferraris) :

« C'est une course à domicile pour moi. C'était toujours excitant de courir à Macao pour le circuit, les alentours et les gens. Ce sera une course serrée et difficile. Nous avons une voiture qui a le potentiel d'être compétitive et nous avons fait beaucoup de progrès dans les dernières courses. Je n’avais pas fait une saison complète lorsque je suis allé à Macao l'an dernier, donc cette année je serai mieux préparé. En 2017, j'ai fait le tour le plus rapide de la course, mais dans le passé, quand j'ai couru à Macao, il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas. Je n'ai jamais eu l'occasion de tout assembler à Macao, donc je croise les doigts pour cette année. »

 

Tom Coronel (Comtoyou DHL Team CUPRA Racing, CUPRA TCR) :

« Dès que l’on parle de circuit urbain, le pilote de course commence déjà à s'exciter. Vous avez Monaco, et l’étape suivante, c'est Macao. C’est un circuit à grande vitesse, c'est tellement serré que si un pilote commet une erreur devant vous, vous risquez fortement d’aller au crash. Une fois que vous avez touché la barrière et que votre voiture a été endommagée, le week-end peut-être totalement gâché. Votre confiance en vous diminuera d'un cran et vous ne la retrouverez jamais, jamais. Si vous rencontrez un problème, vous le porterez comme un sac à dos rempli de plomb pour le reste du week-end. Il faut se mettre en mode Macao, sentir l'ambiance et goûter la piste, les bosses, pour absorber la tension du circuit. C'est un sentiment si spécial qu'on ne peut pas ressentir ça sur une piste de course normale. »