COURSE DE CÔTE : MERLI FAIT EXPLOSER LE RECORD DE RECHBERG | Federation Internationale de l'Automobile
This page contains archived information and may not display perfectly

COURSE DE CÔTE : MERLI FAIT EXPLOSER LE RECORD DE RECHBERG

  • gb
  • es
02.05.19

Comme en France il y a deux semaines, Christian Merli a mis un point d’honneur à assortir sa domination sur l’épreuve autrichienne du Championnat d’Europe de la Montagne FIA d’un nouveau record absolu du parcours.

Jusqu’au retour de la Formule 1 et du DTM au Red Bull Ring de Spielberg-Zeltweg, la Course de côte Rechbergrennen était l’épreuve de sport automobile qui en Autriche drainait le plus de spectateurs et constituait l’épreuve-phare de la saison motorisée. Même si elle a perdu ce statut privilégié, la classique autrichienne, qui a pour épicentre le village de Tulwitz, continue d’attirer les foules, bien servies par un plateau toujours très fourni de voitures diverses et variées. Au total, 240 voitures étaient au départ de l’épreuve le week-end dernier, dont 87 voitures historiques.

Christian Merli et Simone Faggioli ont poursuivi en Autriche leur duel habituel. Bien que les deux pilotes italiens concourent dans des catégories différentes (E2SS pour le premier, E2-SC pour le second), considérées séparément pour l’attribution des points au Championnat d’Europe, il n’en demeure pas moins que la victoire absolue, même symbolique, compte aussi.

Merli et son Osella FA30 à moteur V8 Zytek ont très nettement dominé les essais du samedi, mais les suiveurs de la compétition savent que Simone Faggioli (Norma M20 FC Zytek) en garde toujours sous la pédale lors des entrainements et n’y dévoile jamais tout son potentiel. Et de fait, le décuple Champion d’Europe améliorait très sensiblement ses chronos lors de la première montée de course du dimanche, mais cela s’avérait toutefois insuffisant, Merli signant un meilleur temps et parvenant même à faire tomber de deux secondes son propre record absolu du parcours ! Une performance à laisser sans voix les commentateurs.

Sans réussir à rééditer son chrono-canon du matin, Merli réalisait encore la meilleure performance dans la deuxième montée, Faggioli s’en rapprochant d’une seconde et six dixièmes. Ramenant chacun 25 points d’Autriche, grâce à leurs victoires de Groupe respectives, tous deux restent à égalité au classement provisoire du Championnat d’Europe.

A défaut d’avoir la victoire à leur portée, le Français Sébastien Petit (Norma M20FC Mugen), l’Autrichien Christoph Lampert (Osella FA30 Zytek) et l’Italien Diego De Gasperi (Osella FA30 Zytek) se sont livrés à une intense bataille pour accéder à la troisième marche du podium. Le double Champion de France finissait par avoir le dernier mot face au héros local, pour moins d’une demi seconde au cumul des deux montées. Sixième, le Luxembourgeois Guy Demuth (Norma M20 FC Mugen) ne pouvait guère prétendre à mieux, faute d’expérience sur un parcours qu’il découvrait.

Si Merli a fait sensation avec son chrono extraordinaire, l’Autrichien Karl Schagerl a lui aussi frappé un très grand coup, améliorant le record absolu de la course pour les voitures dites « fermées », avec sa surpuissante Golf Rallye TFSI-R – voiture qu’il a, de surcroît, placée à la septième place du classement général, devant toutes les monoplaces et bon nombre de protos ! Avec une Skoda Fabia tout autant transformée, le Tchèque Veroslav Cvrcek a également impressionné, en se hissant au huitième rang absolu ! Inéligibles en Championnat d’Europe, car correspondant à la règlementation dite « E1 », leurs remarquables voitures pourront le devenir l’an prochain, quand sera introduite la nouvelle classification des voitures selon le concept « Pf » de Facteur de Performance.

L’une des principales curiosités de l’édition 2019 de la Rechbergrennen était la première apparition internationale de la nouvelle Silhouette de Marek Rybnicek. Déjà auteur d’un performant proto Fiesta 4X4 utilisé ces dernières années, le Tchèque étrenne cette année une Silhouette aux allures de McLaren GT, révélant sous sa carrosserie un châssis en carbone et un moteur Mitsubishi turbocompressé. Améliorant considérablement ses temps au fil des montées, Rybnicek finissait par décrocher la victoire dans le Groupe E2-SH, devant ses compatriotes Vladimir Vitver (Audi TT-R DTM) et Dan Michl (Lotus Elise) : Présent en Autriche avec sa Mercédès SLK à moteur Judd, le Suisse Reto Meisel a dû jeter l’éponge après les essais sur problèmes techniques, non sans avoir signé les meilleurs temps du groupe lors des montées d’entrainement.

Comme en France quinze jours plus tôt, Marco Capucci a placé son Osella PA21S Honda en tête des voitures du Groupe CN.

Du côté des voitures de Production, les Groupes N et A étaient cette fois plus généreusement fournis, au contraire du GT (remporté par Jan Milon et sa McLaren 650S GT3). En Groupe N, le Slovaque Peter Jurena a emmené l’habituelle colonie de Mitsubishi Lancer Evo 9 ou 10, devançant Filip Saljer, Gabriela Saljerova, Antonino Migliuolo, Peter Ambruz et Tomas Vavrinec. Désormais armé d’une Renault Mégane RS, Jiri Los s’est classé au septième rang. En Groupe A enfin, le Croate Ales Prek parvenait à surprendre la Subaru Impreza WRX du Champion en titre Lukas Vojacek lors de la première manche, mais devait s’incliner au bout de la deuxième montée, pour à peine trois dixièmes de seconde.

La caravane des pilotes du Championnat d’Europe de la Montagne de la FIA s’apprête désormais à effectuer son plus long périple de la saison, vers le Portugal (Falperra, 11-12 mai) et l’Espagne (Al Fito, 18-19 mai).

 

Pour accéder au classement provisoire du Championnat d’Europe, cliquez ici.

Pour accéder à la galerie de photos de la Rechbergrennen, cliquez ici.