FORUM FIA SMART CITIES À ROME: CRÉER UNE DYNAMIQUE POUR UN AVENIR URBAIN DURABLE ET INTELLIGENT | Federation Internationale de l'Automobile

FORUM FIA SMART CITIES À ROME: CRÉER UNE DYNAMIQUE POUR UN AVENIR URBAIN DURABLE ET INTELLIGENT

  • gb
  • es
15.04.19.

Le Forum FIA Smart Cities s’est réuni à Rome pour clore une troisième saison réussie de conférences de haut niveau. Réunissant un groupe diversifié d’intervenants, le Forum a examiné comment les acteurs publics et privés peuvent diriger la nouvelle transition de la mobilité.

Le Forum s'est ouvert sur une introduction d'Alejandro Agag, fondateur, PDG et nouveau Président de Formula E Holdings, qui a souhaité la bienvenue aux participants avant le troisième E-Prix qui aura lieu à Rome, et a souligné comment les innovations déployées dans ce championnat peuvent changer notre façon de nous déplacer dans les environnements urbains. Comme l'a affirmé la voix des automobilistes italiens Massimo Ruffilli, vice-président de l'Automobile Club d'Italie (ACI), le Club soutient l'adoption de nouvelles solutions de mobilité essentielles dans toute l’Italie : « En tant qu'Automobile Club, nous sommes très engagés et attentifs au développement et aux avancées technologiques. »

Les politiques publiques sont essentielles à la réussite de la mise en œuvre des innovations technologiques, et les maires de Rome et de Bruxelles étaient présents à ce Forum pour donner leur avis sur ce sujet. Pour Philippe Close, Maire de Bruxelles, la coopération est cruciale : « C'est le rôle des communes de trouver des solutions avec les gouvernements et le secteur privé. Pour moi, le XXIe siècle est le siècle des échanges et de l'expérience. Je pense qu'avec les différents Maires du monde, nous pouvons échanger sur la mobilité parce que nous sommes tous confrontés aux mêmes problèmes. » Pour Virginia Raggi, Maire de Rome, l'accent devrait également être mis sur le renforcement de la confiance des consommateurs dans les nouvelles technologies, « Nous avons tous une vision, et aujourd'hui, avec des événements comme la Formule E, nous pouvons toucher cette vision du doigt, car nous pouvons montrer qu'elle est réelle et possible. De nombreux citoyens ne sont pas encore très à l'aise avec cela. Nous devons leur dire : ‘Sortez de votre zone de confort et allez explorer ce que la technologie propose maintenant.’ Il s'agit de changer les esprits et les habitudes. »

Ces derniers temps, de nombreux modèles ont défini la manière dont nous pourrions réaliser une telle transition vers une mobilité plus flexible et multimodale. Les discours d'ouverture du Forum de Rome ont présenté deux perspectives à ce sujet. 

Timothy Papandreou, fondateur de Emerging Transport Advisors, a partagé son opinion sur l'évolution démographique et son impact sur la mobilité : « De plus en plus de gens se déplacent vers les villes et à l’avenir, il sera physiquement impossible de permettre à tout le monde de se déplacer si chacun a sa propre voiture. Pour remédier à cette situation, il a expliqué que la transition vers l'EES (systèmes de mobilité partagée, électrique, automatisée) a un grand potentiel. « Ces trois tendances massives, si elles sont bien réalisées, résoudront certains des problèmes que nous observons dans nos villes », a-t-il dit.

Pour David Zipper, Administrateur, Régulateur Urbain et Régional au German Marshall Fund, transformer la mobilité dans les villes devrait également offrir aux utilisateurs un éventail d'options pour se rendre d'un point A à un point B, que ce soit de manière totalement différente ou plus classique. Il a expliqué comment la mobilité en tant que service (MaaS) peut jouer un rôle important dans la mise à jour des systèmes de transport : « En 2000, nous avons les mêmes modes de transport fondamentaux pour nous déplacer en ville qu’en 1960. Mais au cours des dix dernières années, nous avons connu une explosion de nouveaux services de mobilité. L'idée derrière MaaS est de les assembler pour pouvoir se rendre où l’on veut à l’aide d’un vrai lien entre ces services. »

Les tables rondes ont porté sur le défi de trouver un équilibre entre les modes de mobilité traditionnels et les nouveaux modes de mobilité, et d'adopter des solutions novatrices appropriées pour répondre à la demande des utilisateurs. Erik Grab, Vice-Président Anticipation Stratégique, Innovation et Développement Durable du Groupe Michelin, a insisté sur la nécessité de tirer le meilleur parti de plates-formes telles que le Forum FIA Smart Cities pour faire de la transition vers la mobilité urbaine une réalité : « Nous devons apprendre à travailler dans un écosystème diversifié, réunissant les principaux acteurs. Il est temps de passer d'un groupe de réflexion à un groupe d’action. » 

Des aperçus innovants de la Formule E ont été fournis par Acronis et l'équipe NIO de Formule E qui ont discuté de l'importance des données, de leur analyse et de leur protection pour améliorer les performances. Les participants ont également eu l'occasion de voir le gagnant et  finaliste de l'édition 2019 du concours FIA Smart Cities Global Start-Up Contest à Rome, Parknav et Parkbob. Le gagnant de l'édition - Parknav - utilise l'intelligence artificielle pour informer les usagers en temps réel sur la disponibilité des parkings en ville.