DÉFINIR UNE NOUVELLE VISION ET UN NOUVEAU CADRE D'ACTION : LE PANEL DE HAUT NIVEAU DE LA FIA POUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE SE RÉUNIT À STOCKHOLM | Federation Internationale de l'Automobile

DÉFINIR UNE NOUVELLE VISION ET UN NOUVEAU CADRE D'ACTION : LE PANEL DE HAUT NIVEAU DE LA FIA POUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE SE RÉUNIT À STOCKHOLM

  • gb
  • es
20.02.20

À la veille de la 3e Conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière, le Panel de Haut Niveau sur la sécurité routière (HLP) de la FIA a appelé à repenser la manière dont la crise de la sécurité routière est traitée.

Le président de la FIA, Jean Todt, a ouvert la réunion en soulignant la mission principale du HLP et ses principales réalisations depuis sa création en 2015. « Le HLP veut placer la sécurité routière en tête de l'agenda mondial du développement et avoir un impact sur le terrain. Il a été en mesure de se consolider en tant que plateforme de premier plan pour favoriser l'amélioration de la sécurité routière au niveau mondial », a-t-il déclaré.

S'appuyant sur la dynamique de la prochaine conférence ministérielle mondiale, il a invité les membres du Panel de Haut Niveau à aller plus loin et à faire évoluer la lutte pour la sécurité routière. « Après 20 ans de stagnation - le nombre de décès sur les routes est resté autour de 1,35 million par an depuis le début du siècle - nous devons repenser la manière de faire les choses. En effet, nous n'atteindrons pas nos objectifs en continuant sur cette voie. Pour réduire le nombre de morts et de blessés sur les routes, nous devons changer radicalement notre façon de penser. Nous devons nous pencher sur les piliers fondamentaux, sur les approches que nous avons adoptées jusqu'à présent, et refaire les fondations sur lesquelles ils reposent. Cela signifie qu'il faut faire de la sécurité une valeur si fondamentale et non négociable qu'elle devient une marque de fabrique du système de transport routier, un atout. » 

Les membres du HLP ont convenu de la nécessité d'être perturbateurs et d'identifier des pistes d'action potentielles pour promouvoir une nouvelle approche qui ne soit plus basée sur des "interventions" traitant les symptômes des systèmes routiers dangereux, mais qui repose sur la "sécurité" en tant que valeur essentielle et fondamentale. Ils ont fermement soutenu l'idée d'aborder la sécurité routière comme une question de droits de l'homme et ont souligné que la formation et l'éducation sont des éléments clés pour parvenir à cette reconnaissance.

Les discussions ont conclu que des systèmes de mobilité entièrement basés sur la sécurité auraient un impact bénéfique. Cela permettrait de réduire le bilan social et économique de la tragédie de la sécurité routière et de rendre le transport plus durable, plus accessible et plus inclusif. Pour y parvenir, plusieurs changements sont nécessaires. 

Au niveau de l'entreprise, les sociétés devraient placer la sécurité routière au centre de leurs opérations, depuis leurs relations avec les fournisseurs jusqu'à la fourniture de services, et cela passe également par la relation aux employés. Le groupe de haut niveau s'est félicité des travaux actuellement menés par la FIA pour mettre au point un indice de référence permettant d'évaluer les performances des entreprises privées en matière de sécurité routière. 

Au niveau gouvernemental, cela implique que la sécurité est une préoccupation centrale lorsqu'il s'agit de concevoir et de mettre en œuvre des politiques et des systèmes de mobilité, tant au niveau national qu'international. Les participants à la réunion ont appelé à un renforcement des alliances publiques et privées afin d'apporter des changements à grande échelle et de faire de la sécurité la valeur fondamentale de tous les systèmes de transport.

Pour soutenir davantage l'appel à un changement de modèle, les banques multilatérales de développement représentées au sein du panel de haut niveau de la FIA pour la sécurité routière ont exprimé leur volonté :

  • de coordonner les activités de sécurité routière dans leurs pays et de partager les informations afin de contribuer efficacement à la sécurité routière ;
  • de faire de la sécurité routière un domaine prioritaire de leurs opérations afin que les projets ayant un impact sur les conditions de sécurité sur la route comprennent des mesures d'atténuation appropriées pour garantir des résultats positifs ;
  • soutenir la recherche de solutions innovantes pour canaliser davantage de financements privés engagés pour la sécurité routière.

Les participants ont également discuté de la mise en place éventuelle d'un mécanisme novateur de collecte pour le Fonds d'affectation spéciale des Nations unies pour la sécurité routière, axé sur le secteur privé, et se sont félicités du travail accompli dans ce sens. 

Vous pouvez regarder ci-dessous la vidéo résumant les travaux du Panel de Haut Niveau depuis son lancement, présentée lors de la réunion :