COURSE DE CÔTE : PREMIERE VICTOIRE EUROPEENNE DE LAMPERT DANS DES CONDITIONS EXTREMES | Federation Internationale de l'Automobile
This page contains archived information and may not display perfectly

COURSE DE CÔTE : PREMIERE VICTOIRE EUROPEENNE DE LAMPERT DANS DES CONDITIONS EXTREMES

  • gb
  • es
20.06.19

Copieusement arrosée et perturbée par la pluie, la Glasbachrennen en Allemagne a vu la toute première victoire absolue de l’Autrichien Christoph Lampert aux commandes de son Osella FA30 Zytek. Invité de marque, le double vainqueur des 24 Heures du Mans, Timo Bernhard, a surclassé ses adversaires en Catégorie 1.

Le règlement du Championnat d’Europe de la Montagne de la FIA prévoit que sur les 12 épreuves au programme, les pilotes ne peuvent comptabiliser pour le classement général final que 10 résultats. Les décomptes de résultats s’opèrent en deux fois : les pilotes ont droit à un joker sur les 6 premières manches de la saison, et un second joker sur les 6 dernières épreuves de l’année. A ce petit jeu, ayant chacun remporté le maximum de points lors des 5 premières courses de côte de la saison dans leurs catégories respectives (E2-SS et E2-SC), les Italiens Christian Merli et Simone Faggioli avaient choisi de faire l’impasse sur cette sixième confrontation européenne programmée en Allemagne.

 

L’absence des deux ténors ouvrait ainsi toutes grandes les portes vers une victoire presque inaccessible en d’autres circonstances aux habituels outsiders du Championnat que sont le Luxembourgeois Guy Demuth (Norma M20FC Judd), l’Italien Diego Degasperi (Osella FA30 Zytek) et l’Autrichien Christoph Lampert (Osella FA30 Zytek). Disputés le samedi sur une route sèche, les essais confirmaient leur rang de favoris, ces trois pilotes en réalisant des temps assez proches. Lampert, certes, se montrait alors le plus rapide, mais avait eu à subir quelques caprices électroniques de son moteur à même de l’inquiéter pour le jour J. Ses mécaniciens parvenaient heureusement à solutionner les problèmes après de longues heures de travail. Les repères pris le samedi s’avéraient cependant inutiles le dimanche, la pluie intermittente, parfois forte, venant perturber le bon déroulement des montées, au point de forcer les officiels à devoir interrompre la course pour permettre aux pilotes de s’équiper des pneus adéquats. La disparité des conditions de route fut telle que le classement final général révèle quelques surprises, puisque l’on retrouve au milieu des monoplaces et GT, de plus petites voitures, non éligibles en Championnat d’Europe, comme l’Opel Kadett de Faulhaber, la VW Scirocco d’Eller et encore l’Opel Corsa de Heindrichs !

 

Malgré les conditions extrêmement délicates, Lampert est resté maître du jeu, s’imposant à l’arrivée, au bout des deux runs, avec une assez confortable avance sur le Luxembourgeois Demuth. Courant dans des catégories distinctes, tous deux ont scoré le maximum de 25 points pour le Championnat, où ils occupent désormais les quatrième (Demuth) et cinquième (Lampert) places, séparés par une seule unité.

 

Pilote émérite, à la carrière professionnelle en circuit bien fournie, Timo Bernhard avait accepté l’invitation des organisateurs de s’aligner avec une Porsche GT3R. Il a éclaboussé de son talent la Catégorie 1 du Championnat d’Europe, parvenant même – ce qui est inhabituel – à placer sa GT3 devant les voitures du Groupe E2-SH.

Les autres victoires de groupes ont été enlevées par Dan Michl (E2-SH, Lotus Elise V8), Christian Bouvier (CN, Wolf GB08 Honda), Lukas Vojacek (A, Subaru Impreza WRX STi) et Antonino Migliuolo (N, Mitsubishi Lancer Evo IX), les deux derniers cités occupant, dans cet ordre, les deux premières places au classement provisoire à mi-championnat en Catégorie 1.

 

La septième épreuve de la tournée européenne se disputera les 6 et 7 juillet prochains en Italie, sur le juge de paix que sont les 17 kilomètres (!) reliant Trento à Bondone. Christian Merli et Simone Faggioli y reprendront leur duel, avec l’objectif d’y conquérir non seulement la victoire, mais aussi d’y établir un nouveau record absolu, sous la barre symbolique des 9 minutes. En 2017, Faggioli l’avait emporté avec un chrono de 9’00’52 !

 

Pour accéder au classement provisoire du Championnat à mi-saison (6 épreuves sur 12), cliquez ici.