Procédure d'enquête de la FIA sur l'accident survenu au Grand Prix de Bahreïn 2020 | Federation Internationale de l'Automobile

Procédure d'enquête de la FIA sur l'accident survenu au Grand Prix de Bahreïn 2020

  • gb
03.12.20

La FIA a entamé une étude détaillée de l’accident de Romain Grosjean lors du Grand Prix de Bahreïn 2020.

Chaque année, le Département Sécurité de la FIA enquête sur une trentaine d’accidents graves survenus lors de courses sur circuit dans le monde et cette enquête suivra la même procédure.
 
L’enquête sur l’accident de Romain Grosjean examinera chaque aspect, notamment les équipements de sécurité, comme le casque, le HANS, le harnais de sécurité, la combinaison et les vêtements de protection, la cellule de survie, l'appui-tête, le système d'extincteur embarqué dans la voiture et le halo, système de protection frontale du cockpit.
 
L’enquête portera également sur la résistance du châssis et celle de la glissière de sécurité face à un choc de cette puissance et avec cette trajectoire. Elle évaluera aussi le rôle des Commissaires de course et de l’équipe d’intervention médicale.
 
La FIA travaillera avec les parties impliquées : le promoteur de la Formule 1, l'équipe Haas F1 Team et le Grand Prix Drivers’ Association (GPDA), qui a déjà été contacté.
 
La collecte de données sera essentielle pour mener à bien cette enquête et, en Formule 1, les instruments de collecte sont bien plus nombreux que dans tous les autres championnats. Les enquêteurs de la FIA rassembleront ainsi des données des divers vidéos, notamment d’une caméra ultrarapide qui fait face au pilote et filme 400 images par second pour révéler en slow motion tout ce qui lui arrive pendant l'accident.
 
Des données seront également recueillies de l’enregistreur de données d’accident de la voiture, qui indiqueront sa vitesse et les forces exercées sur la voiture, et des accéléromètres auriculaires, adaptés au conduit auditif du pilote pour mesurer les mouvements de la tête lors d’un accident.
 
L’enquête devrait prendre entre 6 et 8 semaines avant que les conclusions ne soient rendues publiques.
 
Ces informations viendront alimenter la base de données mondiale des accidents (WADB) de la FIA, qui rassemble des données précieuses sur les accidents du monde entier, du karting à la Formule 1, en passant par le rallye et le cross-country. Elle permet aux enquêteurs d'étudier des cas d’accidents individuels mais aussi, lorsque leurs informations sont prises collectivement, de générer des statistiques alors utilisées pour identifier les facteurs de risque les plus fréquents et établir des priorités dans les projets de recherche.
 
Ces données sont alors utilisées par le Groupe d’étude des accidents graves (SASG) de la FIA qui est présidé par Jean Todt, Président de la FIA, et qui rassemble les présidents de toutes les commissions sportives de la FIA : monoplace, rallye, voiture de tourisme, karting, drifting, dragster et course de côte. Le personnel du Département Sécurité de la FIA et les responsables des départments sportifs sont également présents.
 
Cette composition pluridisciplinaire des membres, parmi lesquels figurent des médecins, des ingénieurs, des chercheurs et des officiels, garantit une représentation de tous les domaines du sport automobile à chaque réunion. Chaque accident analysé fait l’objet d’un examen technique, opérationnel et médical, et des mesures sont ensuite prises.
 
Le SASG travaille en collaboration avec le groupe de travail de recherche (RWG) de la FIA, qui évalue les recherches sur les nouveaux dispositifs de sécurité et les enquêtes sur les accidents menées par la FIA. Le RWG se compose d’un groupe d’ingénieurs influents issus de l’industrie du sport automobile qui ont une expérience de ce sport à tous les niveaux, ainsi que de médecins qui collaborent sur les questions de sécurité.
 
Le travail d’enquête dans les cas d’accidents graves et mortels est d’abord étudié par le RWG avant d’être examiné par une assemblée extraordinaire de la Commission de sécurité de la FIA, présidée par Sir Patrick Head. Les conclusions sont alors présentées au Conseil Mondial du Sport Automobile, l’organe suprême de décision.
 
Dans certains cas, les dossiers sont également présentés à la Commission des Pilotes de la FIA, où les membres peuvent faire des remarques et contribuer à la procédure d’enquête. 

Adam Baker, Directeur de la Sécurité de la FIA, a déclaré : « Comme pour tous les accidents graves, nous analyserons chaque aspect de cet accident et collaborerons avec toutes les parties impliquées. Grâce à toutes les données disponibles en Formule 1, nous pourrons déterminer avec précision chaque élément des événements, et ce travail a déjà commencé. Nous prenons ces recherches très au sérieux et nous suivrons une procédure rigoureuse afin de découvrir exactement ce qui s’est passé avant de proposer de potentielles améliorations. »