FIA F3 HISTORIC - UN LANCEMENT TRÈS RÉUSSI | Federation Internationale de l'Automobile
This page contains archived information and may not display perfectly

FIA F3 HISTORIC - UN LANCEMENT TRÈS RÉUSSI

  • gb
  • es
07.09.18.

Nouvelle compétition de la série des Championnats d'Europe FIA Historic F3, la Coupe d'Europe FIA Historic F3 a passé avec brio son test d'ouverture à Zandvoort, avec 30 voitures inscrites, une large gamme de marques de châssis et moteurs et des pilotes de 8 nationalités différentes. Les vainqueurs sont le Danois Christian Olsen dans la catégorie 2, et l'Allemand Marcel Biehl dans la catégorie 1. 

Étape clé dans la carrière de nombreux pilotes de Formule 1 célèbres, la Formule 3 n’est pas qu’une simple catégorie internationale parmi tant d’autres. En effet, à son apogée, la Formule 3 comprenait également de nombreux championnats nationaux, et les voitures de Formule 3 - comme c'est encore le cas aujourd'hui - étaient régulièrement engagées dans des courses de côte. Le nombre de voitures produites et disponibles alors est tel que plusieurs séries nationales réservées à la Formule 3 historique fleurissent dans toute l'Europe, que ce soit en Allemagne, en France, en Italie ou au Royaume-Uni. L'idée de permettre à tous les heureux pilotes propriétaires de ces monoplaces (datant de 1971 à 1984) d’avoir leur Coupe FIA a très vite gagné de nombreux adeptes. Le choix du circuit de Zandvoort pour ce premier festival historique de F3 est donc évident, le circuit hollandais coincé entre la mer du Nord et les dunes de sable ayant une histoire forte avec la catégorie. En effet, Zandvoort a accueilli les légendaires Masters de Formule 3 ainsi que d'autres épreuves du championnat européen.

La foule de spectateurs du très populaire Grand Prix historique de Zandvoort a vu le retour des voitures de Ralt, Martini, Chevron, Argo, Brabham, Safir et GRD reprendre du service, dont certaines avaient mené Ayrton Senna, Gerhard Berger, Martin Brundle et Ricardo Patrese vers leur percée en F1. De toutes les nationalités représentées à cette Coupe Historique, l’Allemagne aligne le plus grand nombre de pilotes, avec neuf voitures au départ, contre sept Britanniques, quatre Français, quatre Italiens, deux Monégasques, deux Danois, un Belge et un Luxembourgeois.

Après quelques tours de reconnaissance sous la pluie lors des essais libres, au cours desquels le jeune Danois Christian Olsen (23 ans) se distingue par son talent, les qualifications et les deux courses ont lieu sous le soleil et sur piste sèche. Sur les 30 pilotes inscrits, 29 prennent part aux contre-la-montre, tandis que l'Allemand Daniel Hornung doit se retirer après les essais libres en raison de problèmes d'embrayage. Christian Olsen place une nouvelle fois sa Martini MK39 en tête du classement général, quatre dixièmes de seconde devant la Ralt RT3 de l'Allemand Thomas Warken. Derrière eux, on retrouve la Martini MK31 du Français Frederic Rouvier, l’ancienne voiture de Tassin, l’Argo JM6 du Britannique Tom Bradshaw, la March 783 pilotée par le Monégasque Valerio Leone et la Ralt RT3 de l’Italien Davide Leone. Au total, six nationalités différentes et cinq marques de châssis dans le top 6 ! Naturellement, les monoplaces les plus récentes de la catégorie 2 (de 1979 à 1984) ont été les plus rapides et ont monopolisé les quatre premières places. Leone et sa March 783 se sont classés premiers de la catégorie 1 (voitures de 1971 à 1978), devant la Ralt RT1 de l'Allemand Marcel Biehl et la Brabham BT41 du Français David Caussanel.

La course 1 du samedi s’est disputée en deux parties, interrompue par l'intervention de la voiture de sécurité à mi-course, pour permettre le retrait de voitures arrêtées en bordure de piste. Alors que Bradshaw rencontre de nombreux problèmes avec sa boîte de vitesses dès le départ, la course voit rapidement naître un duel entre l'Allemand Thomas Warken et Christian Olsen, le premier maintenant l'avantage jusqu’à mi-course, avant d'être forcé de céder au Danois. Au terme d'une course bien menée, l'Allemand Marcel Biehl réussit mettre sa Ralt sur le podium pour la catégorie 1. Deuxième à la fin du premier tour, Valerio Leone retombe en troisième position, lâché par le ressort de retour de sa pédale d'accélérateur.

La course 2 du dimanche offre un scénario similaire, avec une bataille serrée entre Warken et Olsen. En tête dès le départ, l'Allemand abandonne son avance sur le Danois dans le troisième tour et les deux pilotes restent au coude à coude. Mais au onzième tour, en rattrapant un retardataire, Warken commet une erreur entraînant la sortie du drapeau rouge. Alors que les commissaires pénalisent l'Allemand en le disqualifiant pour son comportement, Olsen est déclaré vainqueur de la Course 2, et dans le même temps, de la Coupe d'Europe, après que les temps des courses 1 et 2 aient été totalisés.

Au classement général de la catégorie 2, Olsen mène le Britannique Bradshaw, en meilleure veine dans la Course 1, et le Français Frederic Rouvier. Dans la catégorie 1, le Britannique Andrew Haddon, dans la Chevron B34 historique de Ricardo Patrese, remporte la Course 2, mais cède la victoire à la Biehl allemande avec un écart de moins de trois secondes. Patrick Gormley et sa très rare Safir RJ-03 complètent le podium final de la catégorie 1.

 

Pour consulter le classement final de la Coupe d'Europe de Formule 3 historique de la FIA, cliquez ici. Pour les photos, cliquez ici.