WRC - NEUVILLE PREND L'AVANTAGE ALORS QU’UNE CREVAISON RUINE LES ESPOIRS DE TÄNAK | Federation Internationale de l'Automobile

WRC - NEUVILLE PREND L'AVANTAGE ALORS QU’UNE CREVAISON RUINE LES ESPOIRS DE TÄNAK

  • gb
  • es
30.03.19

Tour de Corse - Samedi après-midi

2019 Tour de Corse - Thierry Neuville

Thierry Neuville de Hyundai passe en mode attaque samedi après-midi s’emparant de la première place du classement général du Tour de Corse devant Elfyn Evans et Ott Tänak, ce dernier ayant perdu du temps sur une crevaison. Une remontée miraculeuse de Sébastien Ogier, qui lui aussi profite du malheur de certains de ses rivaux du WRC, permet au champion du monde des rallyes FIA en titre de prendre la troisième place.

La boucle de l’après-midi sur trois étapes dont le Cap Corse, le Désert des Agriates et les 47,18 kilomètres de Castagniccia, est la plus longue du rallye. Tous les équipages sont partis avec un jeu complet de cinq pneus durs, tout comme pour la boucle matinale.

Seulement 2.3s séparent le duo de tête de Tänak et Evans au départ de l’ES10, Evans ayant perdu son avance sur l’étape précédente de Castagniccia. Il réagit en reprenant 0.7s sur Tänak au Cap Corse et récupère la tête lorsque Tänak crève une roue dans le Désert des Agriates. L'Estonien doit s'arrêter et changer la roue avant droite de sa Toyota Yaris, ce qui lui vaut de retomber à la septième place.

Après avoir perdu la bataille pour la tête de la boucle matinale, Neuville revient plus fort après la pause de midi pour s'emparer des victoires d'étape sur Désert des Agriates et Castagniccia - et de la tête du rallye - prenant 16 secondes sur Evans dans la dernière étape. A deux étapes de l'étape finale de dimanche, Neuville a 4,5 secondes d'avance sur le pilote M-Sport.

Sébastien Ogier rencontre toujours quelques problèmes avec les réglages de sa Citroën C3 - retombant jusqu’en huitième position - mais est de retour après belle sortie sur Castagniccia ce matin. Dans la lutte avec Dani Sordo pour la quatrième place, il se classe troisième après la crevaison de Tänak, dépassant l'Espagnol lors du passage Castagniccia de l'après-midi.

Ogier prend 19,5s au pilote Hyundai sur l'étape mythique, malgré un problème d’anti-lag qui fait perdre de la puissance à sa C3 sur plusieurs kilomètres.

Sordo est toujours en position de se battre pour la troisième place du podium lors de l'étape finale de dimanche, n’étant qu’à 5.1s d'Ogier en quatrième position. Et il n'a pas grand-chose à craindre derrière lui, Teemu Suninen de M-Sport étant à 42,2s de la cinquième place.

Après sa crevaison et son changement de roue, Tänak revient rapidement en sixième place, rétrogradant le deuxième pilote Citroën Esapekka Lappi à la septième place sur Castagniccia. Mais l'actuel leader du championnat sait que ses espoirs de victoire ou même de podium sont anéantis, avec 51,19 km de distance à parcourir demain.

Lappi est à 4,8s de Tänak mais loin devant le quadruple vainqueur du Tour de Corse Sébastien Loeb en huitième position, avec un avantage de 1m22,1s après que le Français ait subi de grosses pertes de temps sur l’ES1 hier avec une avarie à l'arrière droit de sa Hyundai i20. Kris Meeke, qui se remet d'un problème similaire survenu hier, est à 34,5s de la neuvième place, avec son coéquipier Toyota Jari-Matti Latvala en 10e position.

Tout comme Tänak, Latvala est lui aussi victime d’une crevaison à l'avant droit dans le Désert des Agriates, ce qui le retarde de quelques minutes, lui rappelant ses mauvais souvenirs de la veille.

Dans la catégorie FIA WRC 2 Pro, cette deuxième manche du championnat est une expérience particulièrement impitoyable puisqu'aucun des concurrents de la catégorie n'atteint la ligne d’arrivée en fin de journée. Kalle Rovanperä de Škoda Motorsport abandonne sur le passage matinal de Castagniccia, et Łukasz Pieniążek se crashe l'après-midi en courant sur la même étape. Le pilote M-Sport prend trop large dans un virage à droite, heurtant un mur, tombant du bord de la route et se retrouvant coincé dans un fossé.

Le FIA WRC 2 est mené par l'Italien Fabio Andolfi, qui hérite en matinée de la place de leader d'Eric Camilli après un problème pour le Français sur Castagniccia. Camilli avait réduit l’écart de plus de 30 secondes à seulement 5,4 secondes après l'ES11, mais s'est brusquement arrêté lorsque sa Volkswagen Polo GTI R5 a soudainement pris feu. Camilli et son copilote François-Xavier Buresi n'ont pas été blessés, mais la voiture est détruite et leur rallye, terminé. Le Russe Nikolay Gryazin est deuxième de la classe FIA WRC 2 et 12ème au général, devant le Norvégien Ole Christian Veiby en troisième position.