WRC – NEUVILLE EN TÊTE D’UNE COMPÉTITION SERRÉE ENTRE LES LEADERS | Federation Internationale de l'Automobile
This page contains archived information and may not display perfectly

WRC – NEUVILLE EN TÊTE D’UNE COMPÉTITION SERRÉE ENTRE LES LEADERS

  • gb
  • es
14.09.18.

Rally de Turquie - Vendredi après-midi

Le classement du Rallye de Turquie a été fortement chamboulé vendredi après-midi et Thierry Neuville est désormais en tête de l'une des batailles les plus serrées de la saison. Le Belge n'a que trois dixièmes de seconde d'avance sur Sébastien Ogier, qui devance à son tour Andreas Mikkelsen de 2,3 secondes.

Cet après-midi, les équipages courent les trois mêmes étapes et le classement se trouve fortement chamboulé. Neuville, quatrième à prendre le départ de la boucle, devance Jari-Matti Latvala, troisième. Mais c'est Ogier la star de la première étape, le Français inscrit le meilleur temps, plus rapide de 7,3 secondes que Neuville. Il passe immédiatement de la septième à la deuxième place, se mettant en bonne position pour la victoire. 

Le Belge riposte immédiatement en signant le temps le plus rapide de l'étape suivante, pour passer en deuxième position derrière le leader Mikkelsen. Neuville prend ensuite la tête du rallye dans la dernière étape de la journée ; malgré une petite erreur, il profite d’une toupie de son coéquipier norvégien, qui se débat avec ses pneus usés.

Ogier est globalement satisfait de sa journée, son seul grief étant la poussière dans la première étape de la journée. Maintenant, seulement trois dixièmes de seconde séparent les principaux concurrents du Championnat. Mikkelsen crève un pneu arrière dans l'étape intermédiaire, puis rencontre quelques petits problèmes dans la dernière et passe de la première à la troisième place, bien qu'à seulement 2,6 secondes du leader.

Au départ, Latvala compte parmi les leaders, mais l'écart avec les premiers du classement se creuse dans la deuxième étape de l'après-midi, le Finlandais gagnant et perdant du temps en fonction de la difficulté des routes. Avec une journée sans problème, cependant, le Finlandais n'est toujours qu'à 16,3 secondes du leader et a un avantage de 15,6 secondes sur son coéquipier Ott Tänak. L'Estonien doit reconnaître que ce n’est tout simplement pas son rallye ; il cale dans la première étape et doit modifier la garde au sol de son véhicule en fonction des conditions. Il est 5ème après être remonté depuis la 9ème place à mi-parcours, en signant le meilleur temps de la dernière étape.

Haydon Paddon décrit cette épreuve comme étant la plus rude qu'il ait jamais disputée, il est déterminé à ne pas prendre de risques et à ne pas casser la voiture. Le Kiwi prend les Toyotas de Tänak et Esapekka Lappi en sandwich, il est alors 7ème. Le Finlandais, qui ne parvient pas à faire mieux, bénéficie du malheur de ses concurrents. 

Craig Breen fait partie des malheureux ; la malédiction qui frappait le pilote irlandais vendredi frappe de nouveau dans l’après-midi et il termine la première étape de la série avec un pneu déjanté. Il crève ensuite dans l'avant-dernière étape, et détruit trois pneus dans la dernière. Il se retrouve à 50 secondes du leader, après avoir mené plus tôt dans la matinée. 

Teemu Suninen, neuvième, avoue que lui ainsi que sa voiture ont souffert cet après-midi, mais le Finlandais a beaucoup appris et applaudit la force de la Fiesta WRC. Elfyn Evans et Mads Østberg subissent tous les deux une crevaison dans la première étape et abandonnent dans l'étape suivante, tous les deux avec une suspension endommagée.

La bataille du Championnat FIA WRC 2 prend une tournure surprenante cet après-midi. Kopecky, en tête de la boucle, subit deux crevaisons dans la première étape et se voit dépassé par son coéquipier et rival Pontus Tidemand. Le Suédois doit ensuite s'arrêter pour changer une roue dans la même étape et le duo perd une position au classement général, Tidemand devançant son coéquipier en seconde position. Il crève une nouvelle fois dans l'étape suivante, échangeant de nouveau sa place avec Kopecky. Les deux pilotes sont alors derrière le leader de la catégorie Chris Ingram. Mais dans la dernière étape, Tidemand s’arrête pour des raisons non confirmées, laissant Kopecky le devancer avec un avantage de 16,3 secondes sur Ingram.

Le championnat FIA Junior WRC atteint son apogée en Turquie, et avec neuf pilotes mathématiquement capables de remporter le titre cette année, l'action est intense. Julius Tannert détient actuellement l'avantage dans sa Fiesta R2, l'Allemand ayant mené toute la journée.

Rally de Turquie - Résultats non-officiels après la Section 3