PETERHANSEL LUTTE CONTRE LE MAL DES TRANSPORTS POUR REMPORTER SA PREMIÈRE VICTOIRE EN COUPE DU MONDE DE CROSS-COUNTRY FIA | Federation Internationale de l'Automobile

PETERHANSEL LUTTE CONTRE LE MAL DES TRANSPORTS POUR REMPORTER SA PREMIÈRE VICTOIRE EN COUPE DU MONDE DE CROSS-COUNTRY FIA

  • gb
  • es
11.04.19.

Andrea Peterhansel était l'une des quelques copilotes, pilotes et motocyclistes de l’Abu Dhabi Desert Challenge de la semaine dernière, mais l'ancienne pilote d'usine se bat pour surmonter le mal des transports afin de réaliser son rêve de participer à des compétitions de haut niveau en tant que copilote.

Le nom de Peterhansel est synonyme de rallye tout terrain, " Mr Dakar " a remporté 13 victoires en moto et en voiture au cours d'une carrière illustre qui voit maintenant le Français en quête de nouveaux défis. Et pour Stéphane Peterhansel, c'est avec sa femme Andrea que l’avenir sportif se dessine. Le duo a fait son chemin dans la MINI John Cooper Works Rally sur l’Abu Dhabi Desert Challenge, deuxième manche de la Coupe du Monde FIA des rallyes de cross country.

Mme Peterhansel - l'Allemande Andrea Mayer - est elle-même ancienne pilote et pilote d’usine en cross-country. Ses succès en moto et en voiture la qualifient pour occuper la place de copilote dans l'une des disciplines les plus exigeantes du sport automobile. Mais, jusqu'à la veille du départ de l’Abu Dhabi Desert Challenge, sa participation était incertaine.

"Nous avons dû retarder notre première course ensemble parce que j'étais trop malade dans la voiture ", a expliqué Andrea. "Je suis très sensible. Quand c’est moi qui pilot, ça va, mais dès que je regarde le road-book, je me sens mal.  J'ai suivi un traitement médical pendant huit mois pour essayer de surmonter ce problème, ce qui m'a demandé beaucoup d'efforts, mais cela a fonctionné. »

"Je ne peux pas dire que mon mal des transports a totalement disparu parce que les premiers jours, je me sentais malade de temps en temps, mais plus comme avant, je n’ai pas eu un seul moment où il m’était impossible de faire mon travail à cause de ça. Je sens que le corps s'adapte à ce que je demande et l'entraînement de l'oreille interne fonctionne. Il s'agit d'entraîner le cerveau à comprendre qu'il n'y a pas lieu de générer de l’inquiétude lors de la lecture en mouvement."

Et comment a-t-elle débuté en cross ? "C'est mon amour du désert qui m'a amenée à participer à des compétitions au début des années 90, parce qu'avant de piloter, je voyageais. J’ai passé six mois à traverser le Sahara en moto ", se souvient-elle. "J'avais une vraie passion pour le désert, puis pour la vitesse, alors j'ai réuni les deux, je me suis entraîné dur et j'ai fait mon premier Dakar en 1996 en tant que particulier".

Et il ne s’agit pas là d’une promenade de santé. Comme si participer à l'une des épreuves les plus difficiles du monde n'était pas assez difficile, Andrea décide de le faire en solo dans la brutale catégorie Malle Moto où le pilote et sa moto sont seuls face au désert, sans aucune assistance extérieure. Elle ne faisait pas que piloter et naviguer, elle était aussi sa propre mécanicienne, perdant souvent de précieuses heures de sommeil alors qu'elle travaillait de nuit pour réparer et préparer sa moto, jour après jour, une aventure éprouvante.

« Je ressens de la fierté, mais aussi une grande satisfaction par rapport à ce que j'ai accompli pour mes début en tant qu'amateur, mais être un homme ou une femme ne fait aucune différence, " ajoute-t-elle. "C'est difficile pour tout le monde et il faut être déterminé. Le seul problème que j'ai eu quand je suis devenue pilote professionnelle, c'est que les motos de l'époque étaient construites pour des pilotes plus imposants, et elles étaient beaucoup plus lourdes aussi, et comme je suis petite, mes pieds ne touchaient pas le sol. C'était un désavantage, mais sinon nous sommes tous concurrents sur un pied d’égalité et si vous vous lancez dans ce genre de défi, vous devez être prêt. Être une femme ou un homme ne change rien au défi."

Deux ans plus tard, le succès d'Andrea dans ce sport est enfin reconnu et elle décroche un siège d'usine chez BMW, puis chez KTM. Elle rejoint ensuite l'équipe officielle de Mitsubishi Motors où ses efforts sont récompensés par une place dans le top cinq au Dakar 2004. Elle concourt également dans la catégorie camion, participe au Desert Challenge en quad et au Dakar de cette année dans un véhicule T3, sa première épreuve en tant que copilote et dans un équipage entièrement féminin avec Annett Fischer. Le duo termine 14e dans la catégorie.

"C'est un énorme défi en tant que copilote, a-t-elle dit, et je ne l'ai pas relevé facilement. En moto, vous avez le visuel dans la tête et c’est vous qui gérez, mais la difficulté pour moi maintenant est de m'assurer que je peux traduire mon interprétation pour le pilote. Je dois lui dire ce qu’il doit faire, avec Stéphane je dois aussi le faire en français, et en même temps qu’il roule très vite. Il faut donc être rapide, on ne peut pas ralentir un peu pour voir l'environnement car le conducteur roule à 100%. C'est un grand défi."

Le duo remporte une victoire historique en tant que première équipe mari et femme à remporter un rallye de la Coupe du monde de la FIA. "C'est la première victoire en rallye FIA pour moi et vivre ça avec Stéphane est vraiment spécial. C'est fait, ce sera toujours la première victoire et peut-être qu’on en aura d'autres. C'est différent, on ne peut pas dire que c'est pareil qu’être avec un pilote qui n’est pas mon mari. La communication est la même, mais nous ne sommes pas les mêmes qu’à la maison. Ici, j'ai besoin de l'aide de Stéphane, il est tellement plus expérimenté et il met toute sa passion dans mon apprentissage, c’est difficile pour lui car il a l'habitude d’avoir des copilotes de haut-niveau et je n'en suis pas encore là".

Et le rêve ultime d’Andrea... ? « Faire le Dakar avec Stéphane !"