MERC - VOJTĔCH ŠTAJF PREMIER VAINQUEUR NON-ARABE DU RALLYE INTERNATIONAL MANATEQ DU QATAR DEPUIS 1986 | Federation Internationale de l'Automobile
This page contains archived information and may not display perfectly

MERC - VOJTĔCH ŠTAJF PREMIER VAINQUEUR NON-ARABE DU RALLYE INTERNATIONAL MANATEQ DU QATAR DEPUIS 1986

  • gb
  • es
19.11.18
  • Le Qatari Nasser Saleh Al-Attiyah, abandonne à la cinquième manche.
  • Adel Abdulla mène Fiesta R5 en deuxième position ; Al-Kuwari remporte le MERC 2

Le Tchèque Vojtĕch Štajf et sa copilote Veronika Havelková ont écrit leur petit bout d'histoire samedi avec une victoire au Rallye International de Manateq au Qatar, dernière manche du championnat FIA des rallyes du Moyen-Orient.

Après l'abandon de Nasser Saleh Al-Attiyah lors de la première étape de la journée, Štajf s'est offert une victoire emphatique. Son succès marque la première victoire dans le Rallye International du Qatar pour un pilote non arabe, depuis le succès de feu Björn Waldegård et son copilote Fred Gallagher dans une Toyota Celica Turbo en 1986. Cette victoire est également la première pour un pilote non Qatari depuis 2002 et la première victoire en MERC pour le Tchèque à la fin de sa première saison.

Štajf remporte la première étape de la journée, puis prolonge son avance sur Adel Abdulla à 1min 50 sec avec le meilleur temps à Al-Ghariyah. La marge de victoire du pilote Škoda Fabia R5 est finalement de 4min 07.8sec. Havelková est double championne nationale slovaque, mais c'est sa première épreuve aux côtés de Štajf.

 

Le Tchèque, ravi, a déclaré : « Je suis désolé pour Nasser, mais ça arrive parfois. Ce sont les aléas du Rallye. Nous avons maintenu le rythme pour nous mettre en sécurité dès le début, restant sur la retenue et en attendant un éventuel problème pour Nasser. Et c’est arrivé. Mon premier rallye, je l’ai vécu en 1986 avec mon oncle. C'est là que j'ai décidé de devenir pilote de rallye. Je suis très heureux pour mes sponsors, qui m'ont soutenu dans l'expérience d'un événement aussi difficile et stimulant que le Rallye du Qatar. »

« Cette année, le Championnat du Moyen-Orient a été très difficile pour moi. Tous les parcours étaient nouveaux pour moi et tous les événements étaient très différents. J'apprends encore à l'âge de 44 ans, même si je fais des rallyes depuis 22 ans. C’était un très gros défi », a-t-il ajouté.

Al-Attiyah et son copilote français Matthieu Baumel prennent la tête de la première étape d'Al-Khor en défendant une avance d'un peu plus de deux minutes, mais les espoirs du Qatari de remporter une victoire record dans la 14ème épreuve locale ont été ruinés à quelques mètres de la fin, lorsque la bride arrière gauche de transmission de sa Ford Fiesta R5 casse. L'équipage a du mal à atteindre l'arrivée de l'étape, concédant 2min 40.9sec au nouveau leader Štajf, et abandonnant à l’issue de l’étape.

Adel Abdulla, vice-champion du Qatar, et le nouveau copilote libanais Ziad Chebab réalisent des débuts impressionnants au volant d’une Ford Fiesta R5. Adel s’habitue rapidement à l'augmentation des performances. Mais il perd plus de deux minutes perdues dans la septième étape suite à un problème de direction assistée, abandonnant toute chance réaliste de rattraper Štajf.

Abdullah Al-Kuwari passe en troisième position au classement général lorsque Al-Attiyah abandonne, ayant perdu plus de deux minutes et demie suite à une crevaison et un problème de turbo dans la sixième étape. Mais le Qatari et son neveu Nasser Al-Kuwari montent tout de même sur la troisième marche du podium et remportent la catégorie MERC 2.   

L'action de samedi démarre avec une étape raccourcie de 13,20 km à Al-Khor, précédant les 21,16 km de la spéciale Al-Ghariyah et les 14,22 km modifiés d’Al-Ruwais. Les étapes se sont répétées dans l'après-midi après un arrêt à l’assistance au Qatar Handball Stadium.

 

Cliquez ici pour voir les classements du Championnat du Monde des Rallyes du Moyen Orient 2018 de la FIA après la 5ème manche.