MASTERS DE COURSE DE CÔTE FIA : l’OR POUR MERLI, HALL, SCHNELLMANN, PERUGGINI ET LE LUXEMBOURG | Federation Internationale de l'Automobile
This page contains archived information and may not display perfectly

MASTERS DE COURSE DE CÔTE FIA : l’OR POUR MERLI, HALL, SCHNELLMANN, PERUGGINI ET LE LUXEMBOURG

  • gb
  • es
16.10.18.

Les Masters de Course de Côte FIA de cette année ont été un succès fantastique ! La troisième édition, qui s'est déroulée à Gubbio en Italie, a fait des émules tant auprès des participants que des spectateurs.

L’évènement a été une grande célébration de cette discipline particulière du sport automobile grâce à la participation de pilotes venus de 21 pays différents, tous déterminés à profiter au maximum de l’ambiance festive et sportive au pied de la superbe et très hospitalière cité Médiévale. Outre les courses et les performances, les pilotes et leurs équipes emporteront avec eux des souvenirs émus de la procession du samedi soir,  dans le centre historique de la ville, mais aussi de la remise des prix en fin de compétition.

 

Catégorie 2 : Merli sonne le glas de son combat acharné contre Faggioli

 Pour les médailles et résultats sur le podium, il suffit d’inverser les résultats de 2016. Après avoir remporté l'argent il y a deux ans, Christian Merli s’empare cette fois de l’or après une course où il réalise le meilleur temps à chacun de ses trois passages, battant son propre record personnel à chaque montée successive. Bien conscient qu’il va falloir se surpasser pour vaincre le nouveau champion d'Europe, Simone Faggioli commet une erreur lors de son premier passage qui déséquilibre sa voiture. Il franchit la ligne d'arrivée après son troisième passage, battu d'à peine 57 centièmes de seconde. Dans une course de catégorie 2 dominée par le contingent italien, le double champion de France Sébastien Petit remporte la médaille de bronze, comme il l'avait fait deux ans auparavant. Avec un moteur 1000 cc plus petit que ceux du trio de vainqueurs, Domenico Scola manque le podium de seulement sept dixièmes de seconde.

Bien qu'ayant peu de chances de remporter une médaille, les "Silhouettes" de la catégorie 2 étaient néanmoins les favorites du public. Malheureusement, le duel tant attendu entre la Mercedes du Suisse Reto Meisel et la BMW 320 du pilote allemand Jörg Weidinger, toutes deux propulsées par un V8 Judd, prend fin prématurément lorsque la BMW abandonne sur un problème de transmission au premier passage, offrant ainsi la victoire à la Mercedes. L'exploit de la journée dans le groupe E2-SH revient à l'Italien Manuel Dondi, qui fait preuve d’une aisance et d'une efficacité impressionnantes dans sa Fiat X1/9 fortement customisée.

 

Catégorie 4: Domination Britannique

La catégorie 4, réservée aux monoplaces et voitures de sport conformes à leur réglementation nationale, s'est transformée en démonstration du pilotage Britannique. Les anglais ont néanmoins mis du temps à s'habituer à un parcours qu'ils ne connaissaient et qui plus est,  beaucoup plus long que ceux auxquels ils sont habitués. Entre la première séance d'essais de samedi et la troisième montée de la course, plusieurs pilotes ont réussi à réduire leur temps de huit secondes ou plus. Après avoir remporté la médaille d'argent en 2014, Will Hall prend cette fois-ci la médaille d'or après une course serrée avec ses compatriotes britanniques Scott Moran, Trevor Willis et Alexander Summers, menant ce dernier de seulement sept dixièmes de seconde ! Le Français David Meillon, le pilote non britannique le mieux classé, termine septième.

 

Categorie 3: Le Triomphe de Mitsubishi

Le pilote suisse allemand Roger Schnellmann (dont le nom signifie « rapide » en français !) a non seulement un nom taillé pour la course automobile, mais également une formidable Mitsubishi Lancer, caractérisée par un spoiler arrière et d'autres éléments aérodynamiques extravagants. Schnellmann cache bien son jeu pendant les essais de samedi, ne donnant aucun signe du potentiel de sa voiture ni de sa stratégie. Les Polonais Michal Ratajczyk et Szymon Lukaszczyk terminent en tête du groupe avec les meilleurs temps lors des essais, mais sont battus le jour même, relégués en deuxième et troisième places. Parmi les voitures préférées des spectateurs, la Porsche 997 GT2 du Français Nicolas Werver et l'Audi Quattro Sport du Bulgare Nikolay Zlatkov terminent quatrième et cinquième.

 

Catégorie 1: Peruggini revit sa victoire de 2016

L'Italien Lucio Peruggini remporte sa deuxième médaille d'or dans la Ferrari 458 GT3, mais avec plus de difficulté qu'en 2016, puisque les deux premières étapes sont remportées par Marco Iacoangeli au volant de sa BMW Z4 GT. Les pilotes italiens et leurs GT monopolisent le podium dans cette catégorie, la troisième place revenant à Luca Gaetani en Ferrari. 

Victoire du Luxembourg en Coupe des Nations

En plus des compétitions individuelles, les Masters de Course de Côte FIA comprennent également une course de Coupe des Nations, avec pas moins de 20 équipes nationales inscrites à l'épreuve de Gubbio.

Pour que chaque équipe ait des chances de victoire égales, le critère clé n’est pas le temps individuel le plus rapide, mais la moyenne des temps des trois pilotes les mieux classés sur les quatre pilotes de chaque équipe nationale. Et c’est le Grand-Duché du Luxembourg qui remporte la médaille d'or grâce aux pilotes Guy Demuth, Daniel Donkels, Canio Marchione et Charles Valentiny, sous les conseils du chef d’équipe Norbert Hartz.

Deux autres prix spéciaux ont été décernés lors des Masters de cette année : le prix du Meilleur Jeune Pilote revient au Britannique Matthew Ryder, 22 ans, tandis que Nicola Menzies est sacrée pilote féminine la plus rapide.

 

Résultats

 

Catégorie 1

1. Lucio Peruggini (ITA), Ferrari 458 GT3 – 1’32’’97

2. Marco Iacoangeli (ITA), BMW Z4 GT – 1’33’’99

3. Luca Gaetani (ITA), Ferrari 458 Italia GT3 – 1’34’’88

 

Catégorie 2

1. Christian Merli (ITA), Osella FA30-Zytek – 1’17’’85

2. Simone Faggioli (ITA), Norma M20FC-Zytek – 1’18’’57

3. Sébastien Petit (FRA), Norma M20FC-Mugen – 1’19’’90

 

Catégorie 3

1. Roger Schnellmann (CHE), Mitsubishi Lancer Evo VIII – 1’33’’12

2. Michal Ratajczyk (POL), Mitsubishi Lancer Evo IX – 1’33’’94

3. Szymon Lukaszczyk (POL), Mitsubishi Lancer Evo V – 1’34’’64

 

Catégorie 4

1. Will Hall (GBR), Force WH XTEC-AER – 1’23’’27

2. Scott Moran (GBR), Gould GR61X-NME – 1’23’’47

3. Trevor Willis (GBR), OMS 28-RPE – 1’23’’78

 

Coupe des Nations

1. Luxembourg (Demuth, Donkels, Marchione, Valentiny) - écart de temps : 0’’49

2. Italie (Merli, Cubeda, Scola, Faggioli) - 0’’65

3. Slovénie (Cuden, Prek, Marc, Bubnic) – 0’’90

4. France (Petit, Meillon, Y. Poinsignon, Werver) – 0’’95

5. Royaume-Uni (Willis, Neate, Haimes, Brant) – 1’’15

6. Slovaquie (Cambalik, Milon, Ondrej, Jurena) – 1’’23

7. République Tchèque (Vitver, Trnka, Vondrak, Vojacek) – 1’’32

8. Suisse (Steiner, Neff, Schnellmann, Bouduban) – 1’’58

9. Croatie (Perekovic, Brkljacic, Juranic, Muhvic) – 1’’68

10. Kosovo (Canolli, Bunjaku, Demolli, Kalenderi) – 1’’71

11. Grèce (Kehagias, Soldatos, Iliopoulos, Lioris) – 1’’78

12. Bulgarie (Stoev, Zlatkov, Iordanov, Teliyski – 1’’93

13. Portugal (Saraiva, M. Correia, J. Correia, Teixeira) – 1’’98

14. Malte (Galea, Bugeja, Camilleri, Dunford) – 2’’21

15. Irlande (Fay, O’Connell, Gardiner, O’Shea) – 2’’61

16. Romanie (Botez, Savu, Ghigea, Rusu) – 2’’84

17. Espagne (Iraola, Villa, Perello, Flores) – 2’’88

18. Allemagne (Eller, Ebenhöh, Pisano, Schulte) – 3’’04

19. Pologne (Biela, Piekos, Handl, Stec) – 3’’49

NC. Belgique (Stark, Cazzoli, Vandervinne, Blockx)

 

Pour plus d’informations sur les Masters de Course de Côte FIA, cliquez ici.

 

Page Facebook : www.facebook.com/FIAHCM