La FIA a terminé son enquête sur l'accident de Romain Grosjean au Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn de 2020 et prend un certain nombre de mesures de sécurité pour les courses sur circuit en 2021 | Federation Internationale de l'Automobile

La FIA a terminé son enquête sur l'accident de Romain Grosjean au Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn de 2020 et prend un certain nombre de mesures de sécurité pour les courses sur circuit en 2021

  • gb
05.03.21

Les conclusions ont été examinées et des mesures sont mises en œuvre dans le cadre des efforts permanents de la FIA pour améliorer sans cesse la sécurité dans le sport automobile

FIA Flag

Le département Sécurité de la FIA a terminé son enquête sur l'accident survenu lors de la course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA sur le circuit international de Bahreïn le 29 novembre 2020. Le pilote français d'origine suisse Romain Grosjean s’est écrasé contre le rail de sécurité 180 mètres après le point central intérieur du Virage 3 et sa voiture de l’écurie Haas F1 a pris feu avant de s’échapper qu’il ait pu sortir de sa monoplace avec des blessures importantes mais non critiques.

L'enquête comprenait des entrevues avec les personnes concernées, l'examen des preuves matérielles, l'analyse du matériel vidéo disponible, ainsi que de l’analyse des données de la boite noire de la voiture et des accéléromètres auriculaires du pilote.

Ce travail d'enquête a été examiné par le groupe d'étude de la FIA sur les accidents graves, dirigé par le président de la FIA, Jean Todt. L'Association des pilotes de Grand Prix a également apporté sa contribution à l'enquête. Les conclusions de l'enquête ont été présentées à la Commission des circuits de la FIA, à la Commission médicale, à la Commission monoplace, à la Commission F1, à la Commission de la sécurité, à la Commission des volontaires et des officiels de la FIA et au Conseil mondial du sport automobile. Les conclusions seront également présentées à la Commission des pilotes le 23 mars 2021.

L'objectif de l'enquête était d'identifier les facteurs qui ont contribué à la conséquence de l'accident, ainsi que d'autres facteurs tertiaires qui n'ont pas influencé la gravité du résultat, mais qui fournissent néanmoins des enseignements inestimables pour les efforts continus de la FIA pour améliorer la sécurité dans le sport automobile.

Analyse de l’accident

L'enquête s'est concentrée sur les deux voitures impliquées dans l'accident, la no 8 conduite par Romain Grosjean et la Scuderia Alpha Tauri no 27 conduite par le Russe Daniil Kvyat, étant entendu que plusieurs autres voitures ont eu un effet circonstanciel mais non conséquent sur le déclenchement de la séquence de l'accident.

Lors du premier tour du GP de Bahreïn, la monoplace de Romain Grosjean roulait à 241 km/h lorsqu’il a perdu le contrôle de sa F1 à la sortie du Virage 3 à la suite d’un contact entre sa roue arrière droite et la roue avant gauche de Daniil Kvyat lorsqu'il tentait de passer du côté gauche de la piste vers le côté droit.

Le contact entre les deux voitures a soulevé l'arrière de la voiture de Romain Grosjean, le forçant à faire une glissade vers la droite et la plaçant sur une trajectoire hors de contrôle dans la zone hors-piste à l'intérieur du circuit à la sortie du Virage 3. Daniil Kvyat a également modifié sa trajectoire et est entré dans la même zone hors-piste, mais a pu rejoindre la piste peu après sans autre contact.

La voiture de Romain Grosjean a heurté la triple barrière de sécurité derrière la zone hors-piste à 192 km/h et à un angle de 29 degrés, avec une glissade estimée à 22 degrés par rapport au sens de la marche et une force d’impact équivalente à 67g. Suite à la rupture du rail central de la barrière et à la déformation importante des rails supérieur et inférieur, la cellule de survie a percé la barrière et s'est immobilisée derrière celle-ci, la structure de roulis primaire contre le rail supérieur de la barrière.

La voiture a subi des dommages importants lors de l'impact, y compris la séparation du groupe motopropulseur de la cellule de survie. La trappe d'inspection du réservoir de carburant sur le côté gauche du châssis a été délogée et le raccord d'alimentation en carburant du moteur a été arraché de la vessie de sécurité (« safety bladder »), provoquant d’importantes fuites de carburant du réservoir.

L'équipement de sécurité du pilote, notamment le casque, le HANS et le harnais de sécurité, ainsi que la cellule de survie, le siège, l'appui-tête et la protection frontale du cockpit appelée « Halo » ont répondu conformément à leurs spécifications pour protéger l'espace de survie du conducteur et gérer les forces soumises au conducteur lors de l'impact.

La batterie du Système de récupération d’énergie (ERS) haute tension a été considérablement endommagée, certaines parties de la batterie ERS restant avec le groupe motopropulseur et d'autres restant attachées à la cellule de survie.

L’incendie s’est déclaré pendant les derniers instants de l'impact de la barrière, en commençant par l'arrière de la cellule de survie et en progressant vers l'avant en direction du conducteur à  mesure que l’incendie s'intensifiait.

La position de la cellule de survie, par rapport au rail supérieur de la barrière, a considérablement limité l’extraction du conducteur. En raison des dommages causés à la cellule de survie et à un certain nombre de composants à l’intérieur du cockpit, le pied gauche de Romain Grosjean a d'abord été coincé lorsque la voiture s'est immobilisée. Le conducteur a pu libérer son pied en le retirant de sa bottine de course, en laissant celle-ci coincée dans la voiture, puis il a déplacé l'appui-tête et le volant délogés pour s’extraire de la voiture.

La course a été interrompue par le drapeau rouge environ 5,5 secondes après l'impact de Romain Grosjean avec la barrière.

Médecine et sauvetage

Une intervention médicale et de sauvetage complète à la suite de cet incident a immédiatement été lancée. La Voiture médicale de la FIA est arrivée sur place 11 secondes suivant l'accident, un temps très court en partie obtenu en raison du fait qu’un « raccourci » a été pris pour éviter le virage 1, démontrant à la fois la connaissance du circuit local et la planification préalable.

L'arrivée de la voiture médicale transportant le Dr Ian Roberts, coordinateur du corps médical de la FIA F1, Alan van der Merwe, Pilote de la voiture médicale de la FIA F1 et un médecin local ont fourni une assistance immédiate pour que chacun joue un rôle prédéterminé.

Ian Roberts s'est immédiatement rendu sur les lieux de l'accident et a demandé à un commissaire d’utiliser l'extincteur à poudre sèche autour du cockpit où il avait identifié Romain Grosjean essayant de s’extirper. Alan Van der Merwe a récupéré un extincteur à l'arrière de la voiture médicale de la FIA pendant que le médecin local préparait la trousse médicale d’urgence.

Romain Grosjean a réussi à s’extirper sans aide de la voiture en 27 secondes.

Romain Grosjean a subi des brûlures sur le dos des deux mains. Après un premier examen par le personnel de la voiture médicale de la FIA, il a été transporté en ambulance au Centre médical du circuit pour évaluation de ses blessures. Il a ensuite été transporté par hélicoptère au Bahrain Defence Force Hospital pour y être examiné de façon plus approfondie et recevoir un traitement. Il est sorti de l'hôpital après trois jours, le 2 décembre 2020.

Le Président de la FIA Jean Todt a déclaré : « Des leçons importantes ont été tirées de ces enquêtes ; elles feront progresser notre mission d’amélioration de la sécurité en Formule 1 et dans le sport automobile mondial. L'engagement durable de la FIA, en particulier du Département sécurité, pour la réduction des risques liés au sport automobile a permis à Romain Grosjean de rester conscient et de survivre à un accident de cette ampleur. La sécurité est et restera la priorité absolue de la FIA. »

Le directeur de la sécurité de la FIA, Adam Baker, a déclaré : « Les accidents entraînant un incendie de cette ampleur sont heureusement rares, il est donc très important d’en tirer tous les enseignements possibles, notamment l'interaction avec le système à haute tension. Les efforts des personnes impliquées ont été héroïques et ont, à juste titre, fait l'objet de nombreux éloges. Après l'approbation de nos conclusions par le Conseil mondial du sport automobile, nous intégrerons les actions dans les travaux en cours".

Mesures de sécurité pour les courses sur circuit de la FIA en 2021 

En 2020, le Département sécurité de la FIA a mené des enquêtes sur 19 accidents importants concernant des courses sur circuit, avec le soutien de l'ASN (Autorité sportive nationale) dans chaque pays.

Conformément à l'engagement de la FIA en faveur d'une amélioration continue de la sécurité et grâce à son corpus actuel de données sur la sécurité dans le sport automobile, à l’étendue de son expertise, aux projets de recherche en cours et au savoir-faire accumulé à la suite des accidents de sport automobile survenus dans le monde entier au cours des dernières décennies, y compris ces 19 accidents, la fédération a entrepris des travaux dans les domaines suivants :

Véhicule 

  • Réglementation de la géométrie frontale de la cellule de survie, plus tests de charge supplémentaires dans cette zone
  • Révision de la réglementation existante concernant les rétroviseurs
  • Révision des exigences de montage de la colonne de direction
  • Révision des exigences de réglementation et d'homologation pour l'assemblage des appuie-tête
  • Analyse des modes de montage et de défaillance des unités de puissance
  • Projet de recherche en cours : câbles de retenue des roues (attaches)
  • Examen de la conception des installations de vessie de sécurité du réservoir dans toutes les catégories de monoplaces de la FIA
  • Recommandations de bonnes pratiques pour l'installation de vessies de sécurité du réservoir
  • Mise à jour de la norme de la FIA sur les vessies de sécurité du réservoir
  • Révision de la réglementation relative à la conception des raccords de sécurité des vessies de sécurité et des trappes d'inspection du réservoir
  • Homologation du carburant tenant compte de la compatibilité du matériau de la vessie et du carburant spécifique

Circuit 

  • Fonctionnalité accrue du logiciel d'analyse de la sécurité des circuits (CSAS), y compris la classification quantitative de la probabilité d'impact
  • Examen des installations d'ouverture des barrières de circuits existantes
  • Examen des lignes directrices / processus d'homologation des circuits et de renouvellement des licences

Équipement de sécurité du pilote 

  • Enquête sur les améliorations de l'indice de transfert thermique (HTI) des gants
  • Projet de recherche en cours : mécanismes d'ouverture et de verrouillage des visières ; extension de la portée du projet pour inclure les exigences visant à garantir que les systèmes d'ouverture des visières sont opérationnels après avoir été exposés au feu
  • Projet de recherche en cours : système d'extinction pour les voitures à habitacle ouvert ; extension de la portée du projet pour inclure l'étude de mécanismes d'activation améliorés

Médecine et sauvetage

  • Mises à jour de l'équipement des véhicules d'intervention médicale, y compris les types d'extincteurs alternatifs
  • Fournir des conseils à l'ASN sur la décontamination après un incendie
  • Développement en cours du module FIA de formation à la lutte contre les incendies destiné aux ASN
  • Développement en cours du module FIA de formation à la sécurité de la haute tension destiné aux ASN
  • Développement en cours du module FIA de formation au Contrôle / Coordination des incidents destiné aux ASN

En outre, le Département sécurité de la FIA prévoit également d'autres projets de recherche tels que :

  • Étude des options concernant les systèmes d'alerte de proximité et les aides électroniques à la visibilité 
  • Recherche sur les possibilités de modernisation et d'amélioration des performances des barrières de sécurité existantes
  • Recherche sur de nouveaux systèmes de barrières, efficaces dans un plus large éventail de conditions d'impact

Recherche visant à évaluer les moyens d'extinction actuels, les équipements de lutte contre l'incendie et les équipements de protection individuelle et évaluation des nouvelles technologies