DISCOURS DE MICHÈLE MOUTON À LA CONFÉRENCE DE CLÔTURE DU PROGRAMME EUROPÉEN DE LA FIA DÉDIÉ AUX JEUNES FEMMES, LE 'GIRLS ON TRACK KARTING CHALLENGE' | Federation Internationale de l'Automobile

DISCOURS DE MICHÈLE MOUTON À LA CONFÉRENCE DE CLÔTURE DU PROGRAMME EUROPÉEN DE LA FIA DÉDIÉ AUX JEUNES FEMMES, LE 'GIRLS ON TRACK KARTING CHALLENGE'

  • gb
  • es
02.10.19

Michèle Mouton, Présidente de la Commission Women in Motorsport de la FIA (WIM), a accueilli aujourd'hui plus de 100 commissaires européens, responsables d'institutions nationales publiques et européennes, ainsi que des représentants d'organisations sportives, du sport automobile et des femmes dans le sport, à la Conférence de clôture du Programme européen des jeunes femmes de la FIA, à la Bibliothèque Solvay, siège de la Commission européenne à Bruxelles.

Jean Todt, président de la FIA, Violeta Bulc, commissaire européenne chargée des transports, et deux des six finalistes du Girls on Track Karting Challenge se sont joints à la séance d'ouverture pour discuter du programme Erasmus+ de deux ans soutenu par l'UE, qui vise à promouvoir l'égalité entre les sexes et à accroître la participation des femmes dans ce sport.

Discours d'ouverture de Michèle Mouton :

C'est un honneur et un plaisir d'être ici pour représenter la FIA, organe directeur du sport automobile mondial et fédération des principales organisations automobiles mondiales. Fondée en 1904 en tant qu'organisation à but non lucratif, elle regroupe aujourd'hui 240 organisations nationales automobiles et sportives de 144 pays sur les six continents.

Ensemble, la FIA et ses clubs membres dans le monde entier ont une importance énorme pour des millions d'automobilistes et leurs familles, et c’est en cela que réside notre potentiel pour faire la différence et générer un changement.

La Commission WIM de la FIA - l'une des 30 commissions de la fédération - s’efforce de démontrer que notre sport est ouvert à tous. La discipline fait partie d'une poignée de sports où les hommes et les femmes peuvent concourir ensemble. Mais nous devons relever le défi de changer la perception de domination du secteur par les hommes, et nous nous efforçons d'encourager davantage de femmes à intégrer tous les échelons de la discipline.

Notre sport est difficile, mais c'est dur pour tout le monde, que l’on soit un homme ou une femme. Et le fait d'avoir une chance égale de prouver sa valeur - à quelque poste que ce soit - fait toute la différence.

Notre voyage a commencé fin 2009 lorsque le Conseil Mondial du Sport Automobile - présidé par Jean Todt, Président de la FIA - a approuvé la création de la Commission WIM. C'est avec beaucoup de fierté que l'on m'a demandé de diriger ce nouveau chapitre passionnant de l'histoire de la FIA et c'est avec un immense plaisir que je vois les progrès déjà réalisés. Les temps changent, les perceptions changent, les opportunités se concrétisent et les jeunes filles et femmes de tous âges se sentent plus à même de réaliser leurs rêves.

Le monde entier est en train de changer et de revoir son attitude à l'égard des femmes au travail ; il ne s'agit pas seulement de sport automobile.

Je suis fière que notre Commission WIM, ses membres, les autorités sportives nationales et les représentants du monde entier contribuent à promouvoir la place des femmes dans notre sport et cherchent à créer des opportunités pour en encourager encore plus à contribuer à la discipline. Et beaucoup d'autres personnes et organisations jouent également un rôle vital, non seulement en sensibilisant les gens par leur propre engagement et leurs expériences personnelles, mais aussi en leur apportant un soutien concret - emplois, opportunités et sièges de course.

Lors de notre première réunion en avril 2010, nous avons établi des objectifs clairs sur ce que nous devions réaliser. Naturellement, l'un de nos messages clés est de démontrer que les femmes sont reconnues et très bien accueillies par la plus haute instance responsable du sport automobile. Mais ce n'est pas seulement une question de compétition ; nous devons aussi promouvoir l'ouverture de notre sport sous tous ses aspects. Ces jeunes femmes qui s'intéressent à l'ingénierie, à la gestion d'équipe, au poste de commissaire - elles doivent être conscientes qu'il leur est tout à fait possible d’y arriver, quel que soit le rôle qu’elles choisissent de jouer. Il ne peut y avoir d'obstacles stéréotypés qui dissuadent les femmes de considérer une carrière dans le sport automobile.

Le développement de programmes avec nos propres commissions sportives et non sportives, nos clubs membres et d'autres fédérations internationales clés a également joué un rôle important dans la diffusion du message et la création d’opportunités.

Le sport automobile n’accueille que 5% de femmes, l'objectif est d'atteindre 50%. C'est ambitieux, mais c'est un objectif que nous devons nous fixer. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais, nous tentons depuis le début de la commission de comprendre les raisons d’une telle absence de femmes, et d’y remédier.

Par l'intermédiaire de nos autorités sportives nationales dans le monde entier, nous sommes en mesure d'établir le pourcentage de femmes qui détiennent une licence, à quelque poste que ce soit, mais nous devons aller plus loin. Le travail des clubs et des représentantes de la WIM nous aide à creuser davantage la question. Cet appui à l'échelle mondiale aide à identifier les plans d'action nationaux et internationaux futurs. Ce qui fonctionne dans un pays n'est pas nécessairement la meilleure stratégie dans un autre, et c'est là que notre internationalité apporte tant de connaissances et de compréhension.

Si l'on considère les concurrents, le fait d'être un pilote de sport automobile mondial est un objectif très en vue que de nombreux pilotes poursuivent, en particulier au plus haut niveau, atteint par quelques membres de l’élite seulement. La concurrence est féroce, même dans les formules inférieures, et c'est là que nous pensons pouvoir faire la plus grande différence. Nous devons cibler les générations futures dès le plus jeune âge. Il est tout à fait naturel que s'il y a très peu de filles en compétition avec les garçons dès le plus jeune âge, le pourcentage de filles qui poursuivront une carrière dans le sport automobile sera toujours plus faible. Nous devons envisager d'augmenter le nombre de filles qui participent aux disciplines à la base du sport, au bas de la pyramide, et de cette façon, leurs chances de progresser deviendront plus équitables.

Cela faisait partie intégrante de la philosophie de notre défi ‘Girls on Track Karting Challenge’ soutenu par l'UE : inspirer les jeunes filles et leur donner le goût d'essayer, leur ouvrir les yeux sur le sport automobile et se lancer des défis en faisant quelque chose que seul leurs frères avaient peut-être fait.

Le fait d'avoir un public cible dans la jeune génération nous offre également de belles occasions de continuer à transmettre nos messages sociaux, éducatifs et sécuritaires. En plus de l'élément moteur du défi ‘Girls on Track’, de nombreuses activités amusantes mais éducatives ont été intégrées au programme, dont des ateliers de sensibilisation à la sécurité routière et à l'environnement qui soulignent les dangers potentiels sur la route et l'importance et l'impact du recyclage pour la planète.

Depuis la création de la Commission WIM, nous avons soutenu de nombreuses initiatives pour aider les femmes pilotes de tous âges, et c'est là que le travail avec nos commissions et clubs membres a pu prouver son efficacité. Depuis 10 ans, nous sommes soutenus par nos collègues de la Commission Internationale de Karting, la commission spécialisée du karting de la FIA au niveau local. C'est exactement là que nous voulons que nos jeunes pilotes de Girls on Track progressent depuis leurs premiers pas sur l'échelle du sport automobile. C'est la discipline où pratiquement tous les meilleurs pilotes du monde ont appris l’art de la course. En travaillant ensemble, nous avons réservé au moins un kart par saison pour une future pilote afin de lui donner l'occasion de concourir sur un pied d’égalité, et sur des machines identiques. Beaucoup de ces jeunes filles ont participé à des courses dans des formules plus avancées et ont franchi l'étape suivante de leur carrière de pilote. Identifier de plus en plus d'opportunités dans le karting est la clé, car c'est vraiment là que nos futures pilotes vont commencer leur carrière en course.

Nos 32 membres élus de la Commission comprennent également des représentants des constructeurs automobiles et nous donnent un lien crucial avec les décideurs qui peuvent nous aider à créer des opportunités pour les femmes pilotes. Collaborer avec la Commission des constructeurs est essentiel pour ouvrir des portes, pour représenter nos femmes pilotes et leur permettre de se mettre en avant lors des essais pilotes avant sélection pour les saisons de course.

Après de nombreuses années de collaboration, nous pouvons constater les progrès réalisés lorsque certains de ces importants fabricants prennent contact avec nous, demandant de l'aide pour identifier les jeunes talents qu'ils peuvent former pour l'avenir. C'est pourquoi nous travaillons actuellement au développement d'un parcours de jeunes talents à partir de l'année prochaine, où nous pourrons aider à guider ces pilotes dans leur progression.

Comme je l'ai mentionné, travailler avec ces commissions nous aide à atteindre davantage d'objectifs et unir nos forces à celles de la commission des pilotes de la FIA nous a récemment donné l'occasion d'évaluer 15 des 25 meilleures femmes du monde dans le domaine de la compétition lors d’un test de deux jours, conçu pour obtenir un aperçu clair du potentiel des pilotes dans différentes disciplines. Connaître le niveau de notre vivier de talents - qui ont été comparés à des professionnels - nous place, nous et ces pilotes, dans une bien meilleure position auprès des constructeurs qui disposent désormais de données concrètes sur leur niveau de performance. Neuf de nos pilotes évaluées ont été invitées en Arabie Saoudite pour des tests dans les voitures tout électriques du championnat de Formule E FIA, et deux d'entre elles ont été invitées à revenir pour une évaluation plus approfondie. Le soutien de la Commission monoplace, des équipes et du promoteur du championnat a joué un rôle énorme dans la réalisation de cet objectif. Ces opportunités ont permis de comparer les pilotes féminines avec leurs homologues masculins, ce qui est essentiel lorsqu’il s’agit de machines utilisées par les pilotes contractuels des équipes.

Nous travaillons également sur des opportunités similaires avec la Commission Endurance de la FIA dans le domaine des courses de voitures de sport. Non seulement nous soutenons une équipe entièrement féminine dans la série américaine, mais nous sommes ravis qu'une autre équipe soutenue par la Commission ait obtenu une place pour les 24 Heures du Mans de cette année, ce qui n'est pas rien compte tenu du nombre limité de places sur la grille et du niveau d'intérêt mondial toujours plus élevé. C'est une énorme opportunité pour elles,  c’est la course d'endurance la plus célèbre du monde. Notre objectif dans cette discipline est de faire monter les femmes sur le podium de cette course emblématique. Leurs performances dans la catégorie GTE, tant au Mans qu'en Europe, suggèrent certainement que tout cela est réaliste et que nos projets d'avenir sont tout aussi prometteurs. Nous sommes déjà en train d'aider une autre équipe entièrement féminine à concourir avec une équipe professionnelle en Le Mans Series Européenne, mais en LMP2. Notre rêve d'avoir ces meilleures coureuses sur le podium dans la série européenne, ainsi qu'au Mans, commence à se profiler.

Dans certaines des catégories les moins promues, il y a aussi de nombreuses championnes dans toutes les disciplines, des courses de dragster aux courses de camions, en passant par les rallyes, les British sports car, les voitures de tourisme et les courses électriques. Le fait d'avoir ces lauréates pour ambassadrices auprès d'autres femmes donne de l'espoir et de l'inspiration, et une partie de notre mission consiste à promouvoir l’accomplissement de ces femmes dans le monde entier, en montrant ce qu’il est possible de faire avec de la détermination. Nous savons que le fait d'avoir quelqu'un à admirer est motivant et inspirant et nous sommes très fiers des femmes qui représentent avec succès la Commission WIM de la FIA sur une base mondiale dans les domaines du pilotage, de l'ingénierie, de l'arbitrage et de la gestion.

Une grande partie des membres de notre Commission provient des autorités sportives nationales elles-mêmes, les clubs du monde entier représentant et gouvernant le sport dans leur pays. La future génération de compétiteurs, d'officiels, de bénévoles et tant d'autres personnes qui se joignent à notre sport est aussi importante pour les ASN qu’elle l’est pour la FIA. Les initiatives nationales contribueront à stimuler la participation à différents niveaux et, en travaillant ensemble, nous pouvons faire encore plus. En 2015, nous avons établi un partenariat avec notre fédération au Qatar pour une recherche mondiale de talents dans la discipline du rallye cross country et un appel à candidatures a été lancé par l'intermédiaire du réseau mondial de la FIA pour trouver 16 pilotes et copilotes afin d’entreprendre un programme de formation et de sélection. Trois équipages ont finalement eu la chance de participer, gratuitement, à la manche du Qatar de notre Coupe du Monde FIA des Rallyes Cross Country. La valeur de ce type d'opportunités, ainsi que la promotion des femmes, est incommensurable.

Il est facile de se concentrer sur les compétitions de haut niveau, mais sans le soutien de tant de bénévoles et d'officiels, il n'y aurait pas d'événements. C'est un autre domaine sur lequel nous travaillons en collaboration avec notre Commission de bénévoles et officiels, en soulignant le travail de ces héros de l’ombre, hommes et femmes. Nous devons encourager nos amis, notre famille et la jeune génération à venir nous rejoindre. Il est très important d'encourager et de reconnaître leur travail et les initiatives telles qu'un programme d'échange d'officiel pour les volontaires. Les officiels font non seulement partie d'un programme de formation mais ont aussi la reconnaissance du rôle qu'ils jouent dans le succès du sport automobile dans le monde entier.

Dans de nombreuses organisations, les femmes occupent des postes de direction dans une grande variété de départements, mais il y a toujours plus à faire. Nous reconnaissons le rôle important d'ambassadrice que jouent ces femmes et leurs histoires sont parfois émouvantes, mais toujours inspirantes. Elles sont des modèles pour les générations futures, soulignant qu’il n’y a aucune barrière, sinon celles que l’on s’impose.

Les séminaires et conférences internationaux nous donnent également l'occasion d’étendre notre réseau et de partager les meilleures pratiques, non seulement au sein de l'industrie du sport automobile, mais aussi avec des collègues de différents sports et organisations. Jusqu'à présent, nous avons organisé deux séminaires et un troisième est prévu pour l'année prochaine. En 2014, la FIA, au nom de la Commission WIM, a également signé la Déclaration de Brighton sur les femmes et le sport. Avec plus de 500 organisations signataires, cela souligne une fois de plus notre engagement à encourager et à soutenir la promotion des femmes dans le sport automobile.

En conclusion, la FIA et sa Commission Women in Motorsport se sont engagées à rendre le sport automobile inclusif. Le CIO (Comité International Olympique) reconnaît pleinement le rôle moteur de la FIA dans la promotion et la gouvernance du sport automobile. L'égalité entre les sexes fait partie intégrante de notre engagement à nous conformer à la Charte Olympique et nous sommes résolus à atteindre et même dépasser les meilleures normes internationales en matière de sport, de gouvernance et d'éthique.

Je vous remercie.

 

Pour voir les photos de la Conférence de clôture du Programme Européen des Jeunes Femmes de la FIA, veuillez cliquer ici.