AUTO #29 - À LA HAUTEUR DU DÉFI | Federation Internationale de l'Automobile

AUTO #29 - À LA HAUTEUR DU DÉFI

  • gb
  • es
12.02.20

Conçue pour accroître la participation des femmes dans tous les domaines de la compétition, la commission FIA Women in Motorsport (WIM) a récemment célébré son 10e anniversaire. La présidente de la Commission, Michèle Mouton, revient sur ce qui a été accompli et explique pourquoi l'avenir est prometteur. 

De par sa nature même, qui met en grande partie de côté la force pure pour privilégier la vivacité d’esprit et d'action, le sport automobile est en quelque sorte un mètre étalon dans le monde du sport, une discipline qui, idéalement, reste ignorante des origines, de la couleur, des croyances ou même du sexe de ses concurrents. Dans un mécanisme d'égale puissance, l'égalité devrait être une évidence.

La vérité, cependant, est que le sport automobile a toujours été considéré comme une sorte de "club pour hommes", une arène dans laquelle les femmes ont souvent été marginalisées et parfois activement découragées de participer.

En 2009, la FIA a entrepris de changer cela en lançant sa Commission WIM, un organe chargé de créer "une culture sportive qui facilite et valorise la participation des femmes dans tous les aspects du sport automobile".

Au cours de la dernière décennie, la Commission a participé à une grande variété de projets dans tous les domaines d’activité du sport automobile, en développant des programmes visant à faire progresser la participation des femmes sur la piste - dans des disciplines allant du karting et de la course en monoplace au rallye cross-country et aux voitures de sport - et hors piste grâce à des initiatives visant à sensibiliser les femmes à la grande diversité des rôles qu'elles peuvent jouer dans l'industrie, dans les domaines de l'ingénierie, de la conception, de la logistique, de la promotion, de l'administration, du marketing et de la communication.

Tout au long de sa première décennie d'existence, la Commission a été présidée par Michèle Mouton, vice-championne du championnat du monde des rallyes de la FIA en 1982. Et la quadruple gagnante du rallye WRC est certaine que la Commission a contribué à rendre le sport automobile plus inclusif au cours de cette période.

« Nous avons atteint le 10e anniversaire de la Commission Women In Motorsport et je suis fière de nos réalisations et des collaborations que nous avons maintenant avec de nombreux acteurs du sport », explique-elle. « Ces dix années se sont écoulées et, bien que nous soyons toujours en recherche de progrès, je crois que les bases que nous avons commencé à poser lors de notre première réunion au début de 2010 ont fourni une base solide dont nous récoltons maintenant les fruits. »

« Notre travail est en cours et notre mission n'a pas changé au fil des ans, mais l'élan s'est progressivement renforcé et je sens maintenant un réel changement dans la perception des femmes dans le sport et dans les opportunités qui leur sont offertes », ajoute-t-elle. « Tous ceux qui sont associés à notre Commission, ainsi que toutes les autorités sportives nationales et les parties prenantes qui soutiennent nos activités, nous aident à réaliser nos objectifs, et certains des rêves que nous avions au début deviennent maintenant réalité. C'est extrêmement satisfaisant. »

Lorsque la Commission en était à ses débuts, l'un des principaux objectifs était d'encourager une plus grande participation des femmes au karting, la porte d'entrée des compétitions de sport automobile pour d'innombrables champions dans presque toutes les disciplines. À l'époque, Michèle Mouton avait insisté sur ce point : « le karting est la base du sport automobile. L'attribution d'un trophée à une jeune fille prometteuse est un symbole d'encouragement pour davantage de filles à persévérer, et non pas simplement une récompense pour une réalisation purement féminine. »

Les premiers pas vers cet objectif ont été faits grâce au soutien des femmes pilotes dans le cadre du Trophée de l'Académie de Karting CIK-FIA, un concours destiné à attirer les jeunes de 12 à 14 ans vers ce sport.

En 2014, cependant, l'ambition de la Commission d'accroître la participation des femmes dans le karting s'est considérablement accrue avec le développement d'une recherche de talents dans le domaine du karting à l'échelle européenne. Et en 2018, les plans se sont concrétisés avec le lancement du Programme européen des jeunes femmes de la FIA. Financée en partie par le programme Erasmus+ de l'UE, l'initiative "Girls on Track" a d'abord englobé un projet de deux ans basé sur un format de slalom de karting, clé en main, dans le cadre duquel une petite zone de bitume dans un lieu urbain central a été aménagée avec des cônes de marquage pour créer un parcours de slalom.

En partenariat avec huit autorités sportives nationales européennes et le CDES-PROGESPORT de l'Université de Limoges en France, l'initiative a organisé 22 événements dans neuf pays. À l'issue des épreuves nationales, une équipe européenne de six personnes a été sélectionnée pour la finale au Mans. Ensuite, l'équipe a participé à deux stages de formation de pilotes pour l'aider à améliorer sa carrière dans le monde intense du sport automobile.

Pour Michèle Mouton, le projet "Girls on Track" a été l'une des grandes réussites de la première décennie de la Commission.

« "Girls on Track" était un projet extrêmement ambitieux qui nécessitait un financement important et un soutien concret de nos ASN. C'était une vision, mais je savais que nous pouvions la réaliser ; si nous voulions progresser, nous devions le faire », dit-elle. « Nous avons fait découvrir le monde du sport automobile à plus de 1200 jeunes filles et leur avons montré les possibilités de carrière qui s'offraient à elles. »

 

UNE PORTE OUVERTE


Le succès de Girls on Track a conduit à la poursuite et à l'élargissement de cette initiative. En partenariat avec le programme Dare to be Different, lancé par l'ancienne pilote d'essai de Formule 1 et actuelle directrice de l'équipe de Formule E, Susie Wolff, le premier événement FIA ‘Girls on Track - Dare to be Different’ a eu lieu à Mexico en février 2019, pendant le week-end de la course urbaine de Formule E. Un deuxième événement a eu lieu lors de la manche de la FE à Berlin en mai dernier. En novembre, l'initiative a organisé un événement unique en son genre lors de la manche d'ouverture de la saison de Formule E 2019/2020 à Diriyah en Arabie Saoudite.

« Nous avons reçu un soutien énorme de la part de la communauté de la Formule E et de son promoteur, ce qui nous a permis d'accueillir également des événements lors de leurs courses très médiatisées en centre-ville », ajoute-t-elle. « De plus en plus d'ASN ont été inspirées à organiser leurs propres activités "Girls on Track" et si ce programme peut être mis en œuvre dans le monde entier, cela représente un nombre important de jeunes filles que nous pouvons atteindre et potentiellement impliquer dans notre sport. Grâce à un travail acharné et au soutien de nombreuses personnes et organisations, notre vision s'est concrétisée et nous sommes convaincus que c'est en nous concentrant sur la base que nous pouvons accroître la participation féminine dans de nombreux domaines du sport. »

La Commission n'est pas seulement active sur le terrain. Au cours de la dernière décennie, elle a cherché à stimuler la participation des femmes aux plus hauts niveaux du sport automobile et, outre une recherche de talents pour 2016 dans le domaine du rallye cross organisée en partenariat avec la Qatar Motor and Motorcycle Federation (QMMF), la Commission a soutenu un certain nombre de femmes pilotes en pleine ascension en rallyes et courses sur circuit. Le président de la Commission estime que le monde des courses d'endurance offre également de fortes chances de succès au plus haut niveau.

« Notre rêve de voir les femmes pilotes monter sur la plus haute marche du podium au Mans se rapproche de plus en plus », dit-elle. « Nous avons des pilotes très compétitives en Europe et en Amérique, qui s'affrontent dans des équipes de haut niveau et qui obtiennent d'excellents résultats. La course d'endurance est une discipline où les femmes se distinguent, et je suis très heureuse qu'avec le soutien des constructeurs, nous soyons désormais en mesure de leur ouvrir des portes et de leur créer de réelles opportunités. Il y a encore beaucoup à faire dans cette discipline. »

Toutefois, Mouton ne croit pas que le succès viendra uniquement des courses de GT. Avec une décennie d'investissement dans l'émancipation des femmes pour la Commission, son président est sûr que de riches dividendes commenceront à être versés dans les années à venir.

Et comme preuve de l'évolution des perceptions au sein du sport automobile, elle cite les résultats de la première évaluation des pilotes féminines entreprise par la FIA en août 2018.

Tenue au Circuito Navarra en Espagne, l'évaluation a vu la Commission WIM travailler avec la Commission des pilotes de la FIA pour analyser les performances de 25 femmes pilotes qui participent actuellement à une grande variété de catégories de courses sur circuit.

« Après notre première évaluation des femmes pilotes, nous disposions de données concrètes sur le niveau de performance de 25 pilotes », déclare M. Mouton. « Cela nous a permis de parler sérieusement aux promoteurs et aux directeurs de championnats et, en travaillant ensemble, nous avons pu créer des opportunités pour ces femmes. Le soutien que nous recevons est fantastique, avec davantage de fabricants qui nous parlent de futurs sièges d'essai et de course potentiels.

« Il est important que nous maintenions et renforcions cette dynamique et que nous soutenions les pilotes qui souhaitent franchir cette nouvelle étape. La création d'un parcours de développement des talents est donc essentielle pour nos plans actuels, et pour l’initiative que nous avons l'intention de lancer dans un avenir très proche. »

Le programme européen pour les jeunes femmes de la FIA donne des résultats positifs

Le programme européen pour les jeunes femmes de la FIA, d'une durée de deux ans, "Le Girls On Track Karting Challenge", s'est achevé en octobre 2019 par une conférence de clôture au siège de la Commission Européenne à Bruxelles, où les principaux résultats de l'initiative européenne soutenue par Erasmus+ ont été présentés. Dans le cadre de ce projet, la FIA s'est associée au CDES-PROGESPORT de l'Université de Limoges pour mener une analyse détaillée de l'impact du programme, notamment par le biais d'une enquête sociologique ainsi que par l'élaboration d'une série de recommandations aux parties prenantes du sport et aux institutions publiques sur la manière de remettre en question les stéréotypes de genre autour du sport et de mieux promouvoir l'égalité. L'enquête centrale a révélé des réactions positives de la part des participants, qui ont fait état d'un taux de satisfaction de 96,4 % pour les 22 épreuves nationales de karting organisées par la FIA et les neuf organisations sportives nationales partenaires de l'initiative. Un taux impressionnant de 97,4 % a estimé que ces événements avaient un fort potentiel pour encourager davantage de filles à pratiquer le sport automobile.

Toutefois, l'enquête a également révélé l'influence d'une approche précoce du sport automobile pour surmonter les stéréotypes sexistes qui l'entourent. Elle a également noté un manque d'adaptation au sein du sport automobile, par exemple en ce qui concerne la mise à disposition d'installations et d'équipements spécifiquement destinés aux femmes. La communication et la promotion de modèles féminins ont été un autre facteur clé pour encourager les jeunes filles à pratiquer ce sport. Ainsi, les défis à relever pour encourager une égalité effective entre les sexes se réfèrent aux conditions d'accès, à l'environnement entourant la pratique au niveau de la base et, plus généralement, à la mise en place de politiques et d'initiatives proactives durables en faveur des femmes, telles que le programme européen des jeunes femmes de la FIA.

Après une démonstration de karting par l'équipe européenne FIA Girls on Track Karting Challenge, composée de six personnes, la session de l'après-midi de la conférence a accueilli deux tables rondes. La première, axée sur la nécessité de rendre le sport automobile plus accessible aux femmes au niveau local, a réuni Anssi Kannas, secrétaire générale de l'association finlandaise AKK-Motorsport, Milja Kukkonen, membre de l'équipe européenne Girls on Track Karting Challenge, Tatiana Calderón, pilote d'essai de l'équipe de F1 Alfa Romeo Racing, pilote du championnat de Formule 2 de la FIA et ambassadrice du programme, et Margarita Torres Diez, responsable de l'unité motrice de la Formule 1 sur piste.

Les équipages féminins de voitures de sport se préparent pour la saison 2020

La Commission des femmes dans le sport automobile de la FIA a fait un pas en avant pour 2020 en annonçant qu'elle soutiendrait une équipe entièrement féminine pour les 24 heures de Daytona (24-26 janvier). Rassemblant certaines des meilleures pilotes féminines d'Amérique et d'Europe, l'équipe GEAR Racing (Girl Empowerment Around Racing) a réuni l'IMSA et la pilote de voitures de sport Katherine Legge, la pilote d'essai de Formule 1 Alfa Romeo et la pilote de Formule 2 Tatiana Calderón, membre de l'équipe "Iron Dames" et la pilote Audi Sport Customer Racing Rahel Frey, ainsi que l'IMSA et la pilote de voitures de sport Christina Nielsen, pour se battre pour les premières places de la légendaire course américaine qui donne le coup d'envoi de la saison du championnat de voitures de sport IMSA WeatherTech. GEAR est une organisation qui se consacre à la promotion des talents féminins dans le sport automobile.

En 2020, la Commission Women in Motorsport soutiendra trois équipes professionnelles entièrement féminines qui participeront à des séries internationales de haut niveau aux États-Unis et en Europe. Legge, Calderón et Nielsen continueront avec GEAR Racing pour disputer la saison IMSA 2020 complète de 12 manches dans une Lamborghini Huracan GT3 Ev.

La Commission suivra à nouveau le fantastique plateau de l’European Le Mans Series 2020 avec Rahel Frey, Michelle Gatting et Manuela Gostner au volant de la Ferrari 488 GTE des Iron Dames. Et, en plus de leur programme américain, Katherine et Tatiana participeront à l'ELMS avec une Oreca 07 dans la catégorie LMP2. « Notre prochain objectif est d'avoir deux équipes féminines aux 24 heures du Mans cette année, » a déclaré Michèle Mouton, présidente de la Commission.